Montpellier s’offre un repis présidentiel

  • Anthony Bouthier qui a été repositionné au poste d’ouvreur, qu’il avait expérimenté à Vannes, a impulsé avec succès les offensives des Héraultais
    Anthony Bouthier qui a été repositionné au poste d’ouvreur, qu’il avait expérimenté à Vannes, a impulsé avec succès les offensives des Héraultais Icon Sport - Icon Sport
Publié le

En s’offrant une victoire bonifiée, les Héraultais ont débloqué leur compteur mais surtout se sont offert une vraie bouffée d’air frais et pas seulement juste au classement.

Le MHR jouait gros ce samedi. Au niveau de ses ambitions, mais aussi au sein de la composition de son staff. Le président Mohed Altrad, a le regard noir quand il débarque une heure et demie avant le coup d’envoi au GGL Stadium, au volant d’une étincelante Rolls Royce Danw cabriolet, symptôme de sa puissance financière et d’un investissement quasiment sans fond dans le rugby en général et au club de Montpellier en particulier.

Alors, à ce tarif-là, il attend depuis près de dix ans, un retour sur investissement qui sera ou ne sera pas une victoire finale dans le Top 14. Or, avant de recevoir Agen, les hommes de Xavier Garbajosa pointaient à une peu reluisante treizième place. Avec un budget de près de 27 millions d’euros, une cohorte d’internationaux actuels (Haouas, Vincent, Camara, Bouthier, Rattez, Willemse), passés (Picamoles, Ouedraogo), étrangers (Pollard, Reinach, tous deux champions du monde, Serfontein, Nariashvili ...), un staff aussi pléthorique que réputé (Saint-André qui chapeaute Garbajosa lui-même le supérieur d’Elissalde et Lafond), son club se doit d’être tout en haut.

Victoire bonifiée

La tension était donc palpable au coup d’envoi, malgré la faible affluence en raison d’une jauge à 1 000 personnes ordonnée par les services de la préfecture. Montpellier voulait se rassurer et malgré une entame ratée, a pu pousser un vrai ouf « de soulagement », dixit Arthur Vincent, propulsé capitaine cette saison. « Renouer avec la victoire, ça fait un bien fou pour tout le monde. On n’était pas satisfait de ce que l’on faisait jusqu’à présent, Les joueurs ont beaucoup travaillé, le staff aussi. Ce succès n’est pas un aboutissement, il faudra le répéter dans le temps », indiquait Pierre-Philippe Lafond, lui aussi quelque peu remis en question par la présidence.

Victoire bonifiée, même si la manière laisse encore à désirer. Montpellier s’en est sorti grâce à des individualités quatre étoiles — Reinach, Haouas ou encore le duo Bouthier-Rattez très complémentaire — à défaut de son plan de jeu. On remarque toutefois, par rapport aux saisons passées, une volonté de faire vivre le ballon et de privilégier la vitesse à la puissance. En ce sens, l’expérience Bouthier à l’ouverture est une réussite. « Tout n’a pas été parfait, mais on a enclenché la marche en avant. Nous sommes en reconstruction, il nous faut être patient avec nous, et vous verrez, si on nous laisse travailler, on remontera au classement », glissait samedi soir en quittant le stade Philippe Saint-André qui se démène depuis sa prise de fonction pour apaiser toutes les composantes d’un club qui vivait une crise larvée depuis de trop long mois. PSA est même redescendu sur le terrain — « pour montrer la cohésion du staff » — il y a quelques jours aux entraînements, et essaye de distiller la bonne parole en tribunes, aux partenaires et à son président. Mission plus facile les soirs de victoire.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?