Occitanie : un duel Doucet - Castany

  • Occitanie : un duel Doucet - Castany
    Occitanie : un duel Doucet - Castany
  • Occitanie : un duel Doucet - Castany
    Occitanie : un duel Doucet - Castany
Publié le

Le 7 novembre, la Ligue Occitanie élira son président. Alain Doucet est candidat à sa succession. L’Audois, Joel Castany convoite aussi le fauteuil.

Qui sera le deuxième président de la toute jeune Ligue Occitanie ? Le 7 novembre, la réponse sortira des urnes. élu en 2016, le Bigourdan, Alain Doucet est candidat à sa propre succession. Opposé au président de Leucate, Joël Castany, leader de la liste "Occitanie Ensemble", Alain Doucet défend lui le programme qu’il a mis en place il y a quatre ans. Pour cela, il renouvelle sa confiance à la majorité de ses colistiers, tout en intégrant des présidents de clubs dont un grand nombre est issu des échelons territoriaux. "Je suis à la fois le président des clubs urbains et ruraux", dit-il.

Pour les quatre années à venir, Doucet souhaite conforter un peu plus la force des comités départementaux, des courroies de distributions essentielles pour le bon fonctionnement de l’institution. Après avoir bien maîtrisé la crise des licenciés au sein de sa Ligue, l’accent sera mis pendant quatre ans sur les féminines mais aussi sur les pratiques mineures (VII, toucher, sport santé).

Lors de l’assemblée générale, à Lavelanet, le président, en collaboration avec Engie et les clubs, a également mis en avant le projet du développement durable. Dossier qu’il lui tient particulièrement à cœur. Enfin, dans la perspective de la Coupe du monde 2023, il aspire à ce que l’Occitanie soit la tête de proue de cet évènement planétaire.

Castany : "Pas adversaire de Doucet mais de ses idées"

Dans l’ex-comité du Languedoc, Joël Castany est un personnage haut en couleur. Il est le président emblématique de Leucate qu’il a mené de la Quatrième Série, aux portes de la Fédérale 1. "Je ne suis pas adversaire d’Alain Doucet mais de ses idées." Pour prétendre à la présidence, le Leucatois plaide pour un réajustement géographique de la Ligue : "Je me mets à la place du club de Pont-Saint-Esprit qui est éloigné de tous les centres. Il faut appliquer un maillage plus cohérent."

Sur le plan sportif, il veut revoir le règlement du challenge Mozaïc. Il veut penser aussi aux équipes dont la saison s’arrête au mois de mars, en proposant une réforme des compétitions. Au sein des clubs, il milite pour un statut du dirigeant-bénévole et un développement de la pratique du 5, ainsi que du flag. Le statut du joueur et la formation font également partie de son programme de campagne. Le 7 novembre, les clubs trancheront.

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?