Camara réclame un million d’euros : verdict en janvier

  • Djibril Camara  of Stade Francais during the Top 14 match between Stade Francais and Racing 92 at Stade Jean Bouin on September 30, 2018 in Paris, France. (Photo by Aude Alcover/Icon Sport)
    Djibril Camara of Stade Francais during the Top 14 match between Stade Francais and Racing 92 at Stade Jean Bouin on September 30, 2018 in Paris, France. (Photo by Aude Alcover/Icon Sport) Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Depuis plusieurs mois, Djibril Camara et le Stade français sont en conflit ouvert au sujet de la rupture de contrat de l’international français, survenue au printemps 2019. L’audience ayant eu lieu lundi, le tribunal rendra son délibéré le 26 janvier prochain.

Lundi, au tribunal des Prud’hommes de Paris, a eu lieu l’audience opposant Djibril Camara (31 ans, 4 sélections) au Stade français. Pour rappel, l’actuel ailier ou arrière de l’Aviron bayonnais avait été licencié au printemps 2019 par les dirigeants parisiens au motif d’une présumée faute grave, le club reprochant alors à l’international français un mauvais comportement vis-à-vis d’un partenaire du Stade français.

Dans les colonnes du Midi Olympique, début septembre, l’international, qui a porté les couleurs du club de la capitale pendant douze ans, s’était défendu de la sorte : "Le club me reproche d’être arrivé dans un prétendu état d’ébriété avancée lors d’une garden-party organisée par le club pour les sponsors. […] Et que, au cours de cette soirée, j’aurais été injurieux envers le club auprès d’un sponsor."

Conséquences sur le salary cap ?

Et l’intéressé de poursuivre pour étayer sa défense : "Mais c’est complètement faux. Le club précise que j’étais accompagné durant cette soirée par un de mes partenaires chez qui j’avais passé la fin d’après-midi. Bizarrement, ce joueur-là n’a été ni convoqué, ni licencié alors que nous avions la même attitude ! […] Le club me reproche aussi d’avoir eu une altercation physique avec ce même joueur au soir du dernier match. C’est complètement dingue d’aller inventer un prétexte pareil. Ce joueur, c’est un de mes meilleurs potes. Lui-même a dit aux dirigeants que c’était faux."

Ce sont ces arguments qui ont peu ou prou été exposés au jury des Prud’hommes, lundi après-midi. Le tribunal, lui, rendra son délibéré le 26 janvier prochain. Si celui-ci est favorable au joueur, les indemnités (Djibril Camara demande un million d’euros à son ancien club) devraient alors être reversées dans le salary cap du club, lequel aurait néanmoins le droit de faire appel. Ce litige pourrait avoir des conséquences doublement fâcheuses pour le club de la capitale. Rendez-vous en janvier 2021 pour la suite.

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?