L’union doit faire la force à Soyaux-Angoulême

  • Les joueurs de Soyaux-Angoulême démarrent une nouvelle saison, en quelque sorte. Les voilà désormais sous la direction de Vincent Etcheto.
    Les joueurs de Soyaux-Angoulême démarrent une nouvelle saison, en quelque sorte. Les voilà désormais sous la direction de Vincent Etcheto. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Après des semaines de crise, la direction du SA XV a pris des décisions fortes. Soyaux-Angoulême démarre une nouvelle ère en appelant à la mobilisation générale.

Depuis plusieurs jours, le constat d’échec avait gagné Soyaux-Angoulême. Candidat annoncé à une place dans le top 6, le SA XV a totalement manqué son envol avec cinq défaites en six journées et seulement six points glanés qui le positionne dans les profondeurs du Pro D2. Écarté du groupe professionnel la semaine passée, André Bester, l’entraîneur des avants n’aura pas été le seul à payer la maussade entame de saison charentaise. Depuis mardi, Adrien Buononato n’est plus le manager sportif du SA XV : "J’ai pris la décision avec Adrien, on a longuement parlé sur la situation du club et on a convenu ensemble qu’il valait mieux se séparer pour l’avenir du club. C’est une décision commune que l’on a prise, elle s’est faite dans l’élégance", confie Didier Pitcho, le président charentais. Arrivé en tant que consultant il y a moins d’un mois, Vincent Etcheto a pris les rênes du groupe professionnel "jusqu’à la fin de saison", a précisé le président. Apparu fatigué, mais conquérant en conférence de presse, Didier Pitcho a avoué "n’avoir jamais connu ça, c’est une expérience très difficile à vivre".

Cap sur l’avenir

Touché mais pas coulé, le président charentais se projette sur l’avenir avec un nouvel homme à la tête de l’organigramme sportif : "Vincent Etcheto a décidé de relever le défi et a pris en main la direction sportive du club", avant d’en appeler à la solidarité de tous : "Le bateau vient d’essuyer une très grosse tempête, je compte sur l’ensemble des éléments qui composent le club pour faire l’union pour que l’on aille chercher la victoire vendredi contre Carcassonne. Le club est en danger, il est primordial de sentir tout le territoire derrière nous". Désormais, il faut se focaliser sur l’aspect sportif, à commencer par la réception capitale de Carcassonne, ce soir à Chanzy. Une rencontre vers laquelle se projetait déjà le troisième ligne Paul Belzons à l’issue de la déroute de vendredi dernier à Colomiers (53-11) : "On va jouer le match de la mort". Désormais le président Didier Pitcho attends la révolte des siens et lance un signal fort à son adversaire : "Je plains les pauvres carcassonnais, ils vont avoir en face d’eux un front uni, ils vont avoir 4 000 personnes dans les tribunes, ils vont avoir tout un territoire contre eux et ça va être difficile pour eux, mais le meilleur va gagner sur le terrain".

Dorian BERCHENY
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?