Paris veut son derby

  • Waisea pourra jouer ce match, avant de retrouver sa sélection des Fidji
    Waisea pourra jouer ce match, avant de retrouver sa sélection des Fidji Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Le Stade Français se lance dans une période où elle affrontera des formations en place. Avec une troisième ligne amputée, les Parisiens vont se tester dans un moment de tension.

La grande claque reçue à domicile par les Bayonnais, les Parisiens l’avaient prise en pleine face, c’est-à-dire en pleine conscience, après que le staff leur avait signifié l’extrême importance de remporter cette opposition. Le calendrier du championnat sous le bras, Gonzalo Quesada et ses adjoints avaient rappelé quel parcours du combattant leurs joueurs devraient surmonter au moment de la période des matchs internationaux.

Des points, il fallait des points. Mais la claque, ils l’ont reçue, et ce calendrier, il est toujours là. La réception du Racing finaliste de la Coupe d’Europe précède celle du Stade Toulousain champion de France, le voyage à Montpellier qui cherche son quinzième souffle, la réception d’une formation Rochelaise en forme olympique, et le voyage à Lyon, où les hommes de Mignoni ont très largement rectifié leur trajectoire initiale mal barrée.

Et il est fort à parier que le sémillant septuagénaire Hans-Peer Wild, qui de sa plume alerte et de façon étonnante, avait fait part à des journalistes et aux gens concernés, de son agacement à la suite de ce match raté contre Bayonne, utilise encore un procédé "sans gant" pour faire savoir sa pensée, si aventure la période virait au fiasco. La possibilité est réelle. "Mais en même temps, s’agissant de nos deux premières rencontres, il vaut mieux rencontrer les Racingmen et les Toulousains maintenant, plutôt que les jouer munis de tous leurs internationaux", estimait un membre du club. C’est tout à fait vrai, et dans cette période du grand n’importe quoi des doublons, ce Stade français nouvelle version va découvrir un peu mieux son effectif, dans une forme d’amputation moins sévère que celle de ses deux prochains adversaires.

Dans la bande des internationaux, pour la France, seul Gaël Fickou partira sous les drapeaux. S’agissant des sélections étrangères, ils seront cinq à faire défaut : les trois argentins Matera, Cremer, et Sanchez, le Géorgien Melikidze, et le fidjien Waisea.

Waisea sera là

Une spécificité pour Paris : Waicea pourra jouer le match de ce week-end avant de rejoindre sa sélection nationale. On rembobine et visionne à nouveau le casting du derby de demain : Sanchez a raté son début de saison et Gael Fickou n’a pas évolué à son niveau ordinaire. Aucun des deux n’a pesé. La ligne de trois-quarts est globalement peu impactée. Les gros manquements seront devant, et surtout en troisième ligne, puisqu’il faut ajouter l’absence prolongée de Sekou Macalou. À la place des absents, des hommes, ici, devront s’affirmer.

Paradoxalement, sur le plan symbolique, puisqu’il représente l’avenir, le premier d’entre eux joue derrière. En l’absence de Nicolas Sanchez, Joris Seconds, l’ancien ouvreur d’Aurillac, aligné titulaire à seulement cinq reprises la saison dernière, a devant lui un boulevard pour donner toute la mesure de son talent. L’opportunité est immense. "Et d’autres aussi auront du temps de jeu dans cette période très étrange, avance Gonzalo Quesada. Les joueurs doivent s’affirmer. Les autres équipes reposent sur des projets collectifs déjà bien huilés. Laurent Travers maîtrise son effectif depuis des années. Notre aventure démarre à peine. Cela fait une grande différence. C’est maintenant que nous allons savoir de quelle profondeur d’effectif nous disposons réellement. L’équipe progresse. Elle a monté à Clermont qu’elle commençait à maîtriser ses intentions offensives. Il faut maintenant serrer les rangs, et ne plus encaisser de points de façon trop facile".

Guillaume CYPRIEN
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?