Pau et le secret de Fabrice Metz

  • Fabrice Metz est un joueur de devoir qui s’épanouit dans les tâches de l’ombre. Photo Icon Sport
    Fabrice Metz est un joueur de devoir qui s’épanouit dans les tâches de l’ombre. Photo Icon Sport Icon Sport - =
Publié le

Le deuxième ligne de Pau réussit un début de saison canon. Retour sur le parcours d’un homme de devoir par excellence.

Fabrice Metz l’Alsacien, est très lucide sur lui-même. Quand on le qualifie de "travailleur", il ne s’en émeut pas. Il est un homme de devoir par excellence. Lui ne sera jamais de ces gars qui d’un trait de lumière feront se lever un stade "Non, non vous ne me vexez pas. Vous pouvez dire que je suis un joueur de l’ombre, ça me va très bien. J’ai toujours été comme ça, même si j’ai essayé de faire évoluer mon style sur le plan offensif. Mais je pars du principe que sur le terrain, on a tous un travail à faire. Je fais le mien avec plaisir." Même en touche, on ne le voit guère monter vers les cimes : "Ce n’est pas mon point fort." Dans ce secteur aussi, il se consacre au soutien.

Le deuxième ligne formé à Mutzig vit sa cinquième saison à Pau. Cette année, il a débuté quatre matchs sur cinq. Contre Bordeaux, la semaine dernière, depuis la tribune de presse, nous avons entendu le grand Conrad Smith, double champion du monde, l’encourager d’une voix de stentor qui ne mentait pas. "Oui, come on ! Super Fabrice !"

À son poste de soutier, les choses sont bien plus subtiles qu’on le croit. Il a dû s’adapter aux nouvelles directives de World Rugby : "On est plus surveillés sur la façon d’entrer dans les rucks quand notre équipe a le ballon, je pense que nous l’avons intégré à nos automatismes, même si nous sommes conscients que ça avantage les défenses. À nous, les soutiens d’être réactifs, de bien entrer dans l’axe du ruck et de le faire dans les règles de l’art."

Une cape en récompense

Du travail d’artisan, compagnon du Tour de France en somme, lui qui a une formation d’ébéniste et qui a monté une entreprise de bois énergie : "On produit de la plaquette forestière pour les chaufferies industrielles. Nous sommes installés en Alsace et à Pau." Ce profil du gars costaud et déterminé mais sans talent particulier il a su le cultiver. Et pourtant, un jour de 2016 il a reçu un coup de fil : "J’étais en plein déménagement pour aller de Oyonnax à Pau, je ne m’y attendais pas du tout, et je suis parti en Argentine avec le XV de France." Il y gagna une cape, fabuleuse récompense de son abnégation.

"Ce parcours, je suis allé me le chercher, c’est vrai ; J’ai fait énormément de choses en plus que les autres, pour me hisser au plus au niveau et me retrouver ce fameux jour de 2011-2012 sur une feuille de match à Castres avec le Racing. A cette époque j’ai beaucoup travaillé avec Patrice Collazo qui était responsable du centre de formation." Spontanément, on n’aurait pas associé ces deux noms et ces deux tempéraments si différents. "Oui, je suis parti de loin, j’ai fais un certain parcours. Mais je ne suis pas arrivé à la destination que je me suis fixée. Laquelle ? C’est un secret que je garde en moi !". Une victoire à Clermont ? Non, c’est forcément encore plus fort que ça. Mais si ça doit arriver…

Jérôme PRÉVÔT
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?