Un groupe drômois en confiance

  • Avec davantage de réussite, les partenaires de Peter Saili (plaqué ici par le jeune Isérois José Madeira) sont passés proche d’un très gros coup à Grenoble.
    Avec davantage de réussite, les partenaires de Peter Saili (plaqué ici par le jeune Isérois José Madeira) sont passés proche d’un très gros coup à Grenoble. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Le point du bonus défensif ramené de Grenoble a ajouté de la confiance au groupe. Les Damiers sont bien décidés à conserver leur incivilité à domicile .

Le compteur est débloqué à l’extérieur et c’est une bonne chose. Johann Authier ne cessait de fulminer contre ce constat. Les Damiers avaient été à la peine lors de leurs deux premiers déplacements à Nevers et à Vannes. Les Drômois oscillent entre satisfaction et frustration. Le coup était jouable pour Sean Dougall, la troisième ligne : "Le résultat à Grenoble nous a confortés dans notre projet de jeu. Pour autant, il nous faut être lucides. Il nous reste encore du travail, notamment au niveau de la concentration. Nous avons eu un trou d’air en première période et nous l’avons payé comptant". Et d’ajouter : "Nous sommes sur la bonne voie, l’état d’esprit est très bon. À Grenoble, menés 25 à 13, la saison dernière nous n’aurions pas décroché le point de bonus défensif. C’est clair, cette saison, plusieurs paramètres rentrent en ligne de compte : la bonne intégration des recrues, les victoires à domicile, ce point de bonus défensif qui amène de la confiance, de la sérénité. Attention, rien n’est acquis, nous avons encore une marge de progression."

"À nous de nous adapter"

Cet excellent début de saison est à mettre en corrélation avec les deux succès à domicile, face à Colomiers et Carcassonne. L’objectif est bien entendu de garder cette invincibilité et de faire de Pompidou une citadelle imprenable. Béziers monte en puissance ce qui aiguise la méfiance du staff, à l’instar du coach des avants, Scott Newlands : "Nous nous méfions de Béziers qui, après un début de saison difficile, a trouvé son rythme de croisière. Nous avons préparé minutieusement cette opposition dans un laps de temps très court. L’ASBH, c’est un pack costaud, très au point dans les rucks, en conquête… Les conditions météorologiques qui sont annoncées risquent de réduire notre champ d’action. Il nous faudra nous adapter, c’est inhérent à ce niveau. Nous devrons être à 100 % de nos capacités dans le combat et en conquête. Je le répète, il sera nécessaire de nous adapter à l’adversaire et aux conditions climatiques."

Un discours corroboré par Sean Dougall : "L’opposition face à Béziers sera un test grandeur nature. Le combat va être intense. La conquête sera l’une des clés de la rencontre. Il nous faudra rester concentrés durant quatre-vingts minutes et éviter les trous d’air comme à Grenoble. C’est à ce prix que nous pourrons vaincre."

Denis Ravanello
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?