Inquiétants montois

  • Inquiétants montois
    Inquiétants montois Icon Sport
Publié le

Deuxième défaite à domicile pour les Montois qui ont montré face à Nevers d’inquiétantes lacunes.

Christophe Loustalot, le demi de mêlée montois entré en seconde période, ne s’est pas caché derrière son petit doigt au moment de tirer les leçons d’une nouvelle défaite sur la pelouse du stade Guy et André Boniface : « Nous avons de quoi être très inquiets après cette prestation. Quand on sait que nous allons affronter Grenoble et Oyonnax dans les prochaines semaines, nous pouvons nous retrouver dans une position très inconfortable si nous ne sommes pas capables de rapidement réagir. »

Cela a le mérite d’être clair et juste, car les Landais ont rendu une copie beaucoup trop approximative pour venir à bout d’une équipe nivernaise pourtant à leur portée.

Rapidement menés au score, Raisuque ayant conclu entre les poteaux une action de grande envergure, les Montois ont su pourtant revenir dans la partie et virer en tête à la pause. On pensait d’ailleurs qu’ils avaient fait le plus dur, s’apprêtant à jouer la seconde période avec un léger vent dans le dos. 

Mais de fautes directes en mauvais choix, ils se sont totalement délités, ne se créant aucune occasion franche durant le second acte, avant de craquer définitivement en fin de match. 

Mais comment l’emporter face à une écurie du niveau de Nevers lorsqu’on perd neuf ballons sur treize en touche, que l’on commet cinq fautes de mains directes sur ses munitions offensives, et que l’on termine la rencontre avec une mêlée en souffrance ?

L’USON a su réagir

Sans être géniaux, les Neversois se remettent donc la tête à l’endroit après leur défaite à domicile face à Perpignan. De quoi leur redonner le sourire, comme l’expliquait de concert Théophile Cotte et François Herry : « C’est une victoire qui nous fait du bien et qui valide enfin le travail que nous avons entrepris depuis le début de saison. Cela n’avait pas vraiment payé jusqu’alors, mais ce soir nous sommes récompensés de nos efforts. »

Ce que pointait aussi Xavier Péméja, avant d’ajouter : « Il s’agit maintenant de confirmer à domicile face à Vannes. C’est un gros rendez-vous qui nous attend. Dans les conditions actuelles de déroulement de la compétition, je ne sais pas s’il n’est pas plus simple de jouer à l’extérieur qu’à la maison. »

Ce qui est certain, c’est que les joueurs de la Nièvre vont pouvoir s’appuyer sur ce succès pour emmagasiner de la confiance, contrairement aux Montois qui vont aborder leur déplacement en Isère avec plus de questions que de réponses. La peur sera-t-elle un moteur suffisant pour relever la tête ? Il faut le leur souhaiter.

Pierre Baylet
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?