À Trignac, ils font bouger les lignes

  • à Trignac, les entraîneurs Paul Walsh et Jean-Paul Christmann réalisent du très bon travail. à Trignac, les entraîneurs Paul Walsh et Jean-Paul Christmann réalisent du très bon travail.
    à Trignac, les entraîneurs Paul Walsh et Jean-Paul Christmann réalisent du très bon travail. DR - Martin LAUNAY
Publié le

Le RC Trignac est à classer parmi les clubs sages. Il respecte sa culture et c’est plutôt réjouissant.

Et si nous commencions par le rappel d’une évidence. En Pays de la Loire, le RC Trignac peut être fier de sa culture, probablement la plus profondément enracinée de la région. Le club n’a jamais changé d’appellation depuis 1912, ni de couleurs de maillot, bande noire sur fond rouge. Son président actuel, Laurent Legoff, 59 ans, est entré à l’école de rugby du RCT à l’âge de 6 ans. Cette remarquable stabilité, les grands voisins nantais ou nazairiens n’ont pas eu la chance de la maintenir. Et dans ce village de 8 000 habitants, l’activité sportive phare se vit sagement à l’étage de la Fédérale 3. Ici le rugby est un marqueur que le président Legoff n’hésite pas à surligner : "Je suis très attaché à mon club, à mes racines. L’important travail de fond que nous menons depuis quelques années est la clé de notre réussite. Les relations sont saines et nous avons voulu évoluer mentalement en recréant diverses commissions, comme la communication, au sein desquelles les jeunes seniors issus de l’école de rugby sont très actifs. Au RCT nous avons une ambiance, et les gens savent qu’ils vont trouver de la chaleur." Autrement dit, pour ne pas subir les effets d’un vieillissement, les Briérons ont voulu faire bouger les lignes, et le résultat correspond à ce que souhaitaient cette association et son puissant tissu de bénévoles.

Une belle stabilité en Fédérale 3

Pour autant, personne ne se berce d’illusions. "Un canard (notre emblème), ne vole pas haut, mais il vole longtemps" image Laurent Legoff. Pour aussitôt compléter : "Nous sommes une équipe de Fédérale 3, nous n’avons pas des velléités d’accession qui pourrait casser la dynamique, nous avons une ambition raisonnée avec un budget de 250 000 €. Si nous voulons garder notre âme nous devons faire très attention à l’éphémère. Il est important de valoriser notre stabilité, notamment par la formation qui nous est chère. Les anciens doivent être très ouverts à la discussion avec nos jeunes." Sportivement, le manager Jean-Paul Christmann, les entraîneurs Paul Walsh, Karim Ait-Toufir et le capitaine Killian Dusch sont les garants d’un esprit qui transcende toute la structure. Les excellents résultats sont là pour le prouver. Lucides jusqu’au bout, les Briérons forment le vœu de voir Nantes devenir enfin le phare régional, mais en attendant, ils se tournent vers Vannes. "Une vraie et belle construction" s’émerveille Laurent Legoff. Un modèle ?

Gérard PIFFETEAU
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?