Le Stado TPR est à son aise

  • Avec un deuxième nul à la maison face aux Charentais, les Tarbais  du deuxième ligne Adrien Vigne restent invaincus à domicile cette saison. Photo DDM - Jean-Patrick Lapeyrade
    Avec un deuxième nul à la maison face aux Charentais, les Tarbais du deuxième ligne Adrien Vigne restent invaincus à domicile cette saison. Photo DDM - Jean-Patrick Lapeyrade La Dépêche du Midi - JEAN PATRICK LAPEYRADE
Publié le

Match avancé à 17heures, fermeture des buvettes, plus de repas avec les sponsors : ces mesures vont fragiliser les clubs pro comme le Stado !

Depuis le début de la saison, il y avait une moyenne de plus de 2 000 supporters au stade Maurice-Trélut. Après les mesures prises par le gouvernement, ils n’étaient plus que 1 000 à venir encourager samedi leur cher Stado contre Cognac-Saint-Jean-d’Angély. Si ces mesures sont nécessaires pour endiguer la covid-19, pas facile de limiter le nombre de personnes dans son stade sans faire des mécontents et surtout pour un club comme Tarbes, ce sera difficile avec tous ces longs déplacements, dans cette poule de quatorze, d’arriver à boucler son budget. On peut donc se poser la question de savoir si, comme pour les amateurs (lire aussi en pages 32-33), il ne faudrait pas provisoirement suspendre toutes les compétitions professionnelles aussi, surtout si la prochaine décision gouvernementale pourrait être le huis clos. Pour le moment, le Stado TPR a pu disputer toutes ses rencontres dans de bonnes conditions et voyager en toute sécurité mais on ne sait pas si ce sera toujours le cas les semaines à venir.

Une bouffée d’air pour le club !

Après plusieurs années gangrenées par des problèmes financiers, le club haut-pyrénéen, malgré une intersaison très agitée, qui l’a vu perdre ses entraîneurs, de nombreux joueurs et aussi son président, la création de cette Nationale a été une bouffée d’air pour le club. En effet, le président Lionel Terré est revenu sur sa décision de quitter la présidence et avec l’aide de fidèles et de nouveaux sponsors, il a réussi à trouver les moyens de bâtir une équipe capable de bien figurer. Il a d’abord donné les clés du camion aux coachs des espoirs, Fabien Fortassin et Stéphane Ducos, pur produit du club. Côté recrutement, à noter le retour du troisième ligne centre néo-zélandais Filipe Manu, débarqué de Biarritz ou encore l’arrivée de joueurs expérimentés ou ayant évolué au niveau supérieur comme Tolofua, Lopez, Gigauri, Stanaway, Mamao, Oltmann, Zabala, Aulika, Raynaud, Bessonart, Juniver, Vigne et Ricart. Plusieurs jeunes (Noel, Real, Duffau, Dulucq et Millet) ont eu la chance aussi de disputer plusieurs matchs en équipe une.

Des débuts prometteurs

Sportivement, le bilan est assez bon. En effet, tout heureux de participer à cette nouvelle compétition, ils sont invaincus à la maison avec des victoires sur Massy (23-13), Bourg-en-Bresse (17-10), un match nul face à Nice (16-16) et un autre contre Cognac-Saint-Jean-d’Angély (9-9) ce samedi, après une prestation pas du tout aboutie. Ils ont été moins à leur avantage à l’extérieur avec un non-match à Bourgoin (52-5) et une courte défaite à Dax (23-21), à cause d’une transformation ratée juste avant le trille final. La suite, c’est un nouveau bloc de trois matchs où Tarbes recevra Narbonne et se déplacera deux fois, à Suresnes et Blagnac. Enfin, en ce qui concerne les Espoirs nationaux, le réservoir, ils ont débuté sur les chapeaux de roues avec des victoires bonifiées contre Nice (31-24), Cognac-Saint-Jean-d’Angély (31-19) et un succès à Bourgoin (19-6). La relève est donc assurée.

Jean-Louis Bleze-Pascau
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?