Tête d’affiche

  • Le groupe Français face au Pays de Galles.
    Le groupe Français face au Pays de Galles. Icon Sport
Publié le

L'édito d'Emmanuel Massicard... Faudrait-il que nous soyons devenus fous pour nous réjouir d’un petit rien. Autrement dit de ce match amical face au pays de Galles qui, samedi, fut gagné par le XV de France auteur de 38 points dont cinq essais inscrits devant des tribunes désespérément vides, grises et tristes. Sans vie. Sans l’esprit festif qui fait du rugby un sport à part et, surtout, à partager… Le sportif entretient la flamme…

À bien y réfléchir, nous ne sommes pas fous. Tout juste en manque d’adrénaline et d’émotions, faute de matchs et d’ambiance. Cela fait hélas trop longtemps que nous trimbalons notre plaisir en berne, avec la gravité du contexte tatouée sur le front.

Alors oui, cette joute amicale suffit à notre modeste bonheur du moment. Imaginez que le fameux sixième match de la discorde entre Fédération et Ligue - qui faillit bien nous couvrir de honte- n’a pas été joué pour rien. Les Bleus ont marqué les esprits. Ils ont gagné, cassé la spirale dépressive et oublié le revers subit en Ecosse, début mars. On verra samedi prochain, face à l’Irlande, si l’échec d’Edimbourg est à classer définitivement au rang d’accident de parcours d’une équipe en construction.

Cela reste à voir mais, depuis samedi, les hommes d’Ollivon ont retrouvé le crédit de leurs débuts. Vous savez, quand tout était rose autour d’eux et que le sélectionneur Galthié voguait sur un océan de techniciens du Top 14 rempli de bonnes intentions à son égard. Un an plus tard, vous l’aurez compris, ce n’est plus forcément le cas. Mais cela ne l’empêche pas de gagner. Et même à 31. Comme quoi, Fabien…

Au milieu de tout cela, flotte une évidence plus féroce encore. Le talent d’Antoine Dupont est un trésor pour le XV de France. Et son meilleur gage de succès pour 2023. On s’est trop plaint dans un passé récent de ne pas avoir pu compter sur une grande génération d’internationaux pour ne pas apprécier ce joueur hors normes : sa classe, ses jambes de feu, son sens du placement et sa capacité à renverser les matchs mal engagés. Permettez-nous de croire que cet Antoine a tout pour devenir l’icône de ce XV de France. Son atout maître, insaisissable et puncheur ; l’héritier de Serge Blanco et de Philippe Sella.

Le demi de mêlée toulousain pourrait surtout être une aubaine pour l’ensemble de ce rugby français qui s’accroche encore à la barbe grisonnante de Chabal pour exister sur le front de la médiatisation. Parce qu’on n’attrape des mouches avec du vinaigre, il est urgent de comprendre enfin que notre sport, aussi collectif soit-il, a besoin de têtes de gondole pour redorer son blason, toucher le grand public et inspirer la jeunesse. Avec Antoine Dupont au premier rang.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?