Ledesma : « Nous serons compétitifs »

  • Mario Ledesma (Head Coach) of Argentina  during the Rugby World Cup Warm Up match between South Africa v Argentina at Loftus Versfeld, South Africa. August 17th 2019 .
Photo : Steeve Haag / Icon Sport Mario Ledesma (Head Coach) of Argentina  during the Rugby World Cup Warm Up match between South Africa v Argentina at Loftus Versfeld, South Africa. August 17th 2019 .
Photo : Steeve Haag / Icon Sport
    Mario Ledesma (Head Coach) of Argentina during the Rugby World Cup Warm Up match between South Africa v Argentina at Loftus Versfeld, South Africa. August 17th 2019 . Photo : Steeve Haag / Icon Sport Steeve Haag / Icon Sport - Steeve Haag / Icon Sport
Publié le

L’Argentine est finalement arrivée en Australie pour jouer le rugby championship après un long confinement. Mario Ledesma, l’entraîneur des Pumas s’est exprimé pour la première fois pour décrire la situation de son équipe.

L’Argentine traverse une période très difficile. Comment cela a-t-il affecté votre équipe ?

Évidemment, venir en Australie pour jouer le Rugby Championship est un truc énorme pour les joueurs car nous avons été en confinement depuis sept mois. Nous sommes allés en Uruguay pour nous débarrasser de la Covid. Puis nous venons d’accomplir deux semaines de quarantaine ici, où nous avons dû manger dans nos chambres pendant 15 jours, petit-déjeuner, déjeuner et dîner. Alors, l’équipe vit une tout autre dynamique que lors d’une tournée normale. C’est un effort exceptionnel et je suis fier de mon staff et des joueurs et la façon dont ils se sont comportés lors des deux dernières semaines. Les garçons ont su rester positifs, s’entraînant avec intensité tout en restant humbles et reconnaissant le privilège qu’ils ont d’être là.

Parlez-nous un peu de la situation que vous avez vécue avant de venir ici...

Comme vous le savez, la situation en Argentine n’est pas bonne du tout que ce soit en termes de Covid ou en matière économique. Donc, ce que nous faisons, c’est aussi un peu pour nos supporters en Argentine. Avec cette crise, nous avons appris à planifier, replanifier et encore tout changer au dernier moment. Nous avions une bulle et nous avons eu 15 cas positifs donc la bulle a disparu. Puis, quand nous avons repris l’entraînement, nous avons eu de nouveau 15 cas positifs. Nous sommes allés nous baser en Uruguay pour nous isoler avant de venir en Australie. Au niveau rugby, je ne sais pas où nous en sommes mais, au niveau mental, je crois que tout cela nous a mis dans une position très forte.

Est-ce que "la grinta" argentine va pouvoir vous permettre de surmonter le manque de rugby ?

Je l’espère. Nous avons tous vu les matchs des deux Super Rugby joués en Australie et en Nouvelle-Zélande, ainsi que les deux tests. Ils jouent un bon rugby, avec beaucoup d’intensité et d’engagement physique. Nos joueurs n’ont pas joué de véritable mêlée avec opposition depuis sept mois. On s’entraîne entre nous mais nous n’avons aucune référence. Nous devions jouer un match de préparation contre une forte opposition australienne mais, devant le grand nombre de lésions musculaires, nous ne voulons pas mettre nos joueurs en danger. La chose la plus importante sera d’être prêt pour le match du 14 novembre contre les All Blacks. Nous serons compétitifs et nous leur mènerons la vie dure.

Comment jugez-vous la position sud-africaine de ne pas venir jouer la Rugby Championship ?

L’Afrique du Sud a toujours été là pour aider le rugby argentin lors de la dernière décennie. C’est un pays qui nous a toujours ouvert ses portes. Aujourd’hui, ils nous disent qu’ils veulent protéger la santé de leurs joueurs et nous ne sommes pas en position de douter de leur bonne foi et la validité de leur décision. Nous sommes juste contents d’être là.

Comment réagissez-vous à la perte de tant de joueurs et l’impact sur l’équipe ?

Il nous faut nous adapter. Il n’y a plus aucune compétition pour nos joueurs donc il faut qu’ils regardent ailleurs pour pouvoir jouer. Cela faisait bien longtemps que le rugby argentin n’avait pas vu autant de joueurs partir pour l’Europe. Cela reflète le challenge qu’ils ont à relever pour pouvoir jouer malgré leur attachement au maillot argentin. Pour nous, il nous faut tout faire pour rester compétitif et représenter l’Argentine du mieux que l’on puisse.

Que va pouvoir vous amener Michael Cheika qui a rejoint votre staff ?

Nous avons un encadrement technique très jeune, un groupe de joueurs très jeune, alors, recevoir l’aire de Michael Cheika n’a pas de prix. Il amène une confiance en soi qui se transfère sur les joueurs. Je sais qu’il n’a pas entraîné depuis quelque temps mais ça le rend encore plus motive. Mais je n’en dirais pas plus sur ce qu’il nous amène (rires) !

Jacques BROQUET
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?