Sapiac se contente de peu

  • Maxime Mathy (Montauban) contre Soyaux Angoulême
    Maxime Mathy (Montauban) contre Soyaux Angoulême Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le , mis à jour

Avec la victoire, l’essentiel est sauf côté montalbanais, tant il fallait à tout prix décoller au classement. Dans la manière et l’ambition en revanche, il faudra repasser.

Les joueurs de Montauban n’avaient sûrement pas regardé la rencontre de la veille, entre Béziers et Oyonnax, qui prouvait que l’équipe réduite à 14 en début de partie était loin d’être condamnée… Le carton rouge infligé à Youness El Jai sur un geste d’énervement dès la 3e minute a d’abord lancé les hostilités, donnant un bel élan aux locaux. Il fallait bien compenser l’absence totale de public, une première dans l’histoire de Sapiac qu’on aimerait ne pas revoir trop souvent… « Ce stade vide, ces conditions très particulières… C’est choquant pour les joueurs des rencontres comme ça », notait le manager Florian Ninard.

Les coéquipiers de Stéphane Munoz enfoncent leurs adversaires en conquête et notamment en mêlée fermée, obtenant plusieurs pénalités et surtout un essai de pénalité (35e). Insistant sur les phases de jeu d’avants, l’USM abuse du maul et ça fonctionne puisque d’autres pénalités passées par Bosviel permettent à ses pairs de mener 20-0 à la mi-temps. Côté angoumoisin, comme si le sort s’acharnait, Copeland qui surnageait dans ce naufrage du pack, écope d’un carton jaune après une succession de fautes. On rappelait dans ces colonnes ce vendredi l’importance d’un regain de la conquête de Soyaux-Angoulême, la mayonnaise Etcheto n’a visiblement pas encore pris.

Un relâchement regrettable

À la pause, on imagine mal comment les visiteurs pourraient barrer la route d’une victoire bonifiée aux Montalbanais. Ce sont pourtant ces derniers qui manqueront probablement d’ambition, ou plus simplement qui relâcheront leur attention. Sur le point de marquer après un énième ballon porté dévastateur, Tailhades se rend coupable d’un vilain piétinement sur un adversaire : carton rouge (60e). « Il faut qu’on améliore notre précision notamment dans les zones de marque, pointe Maxime Salles, pourtant l’auteur d’un joli essai le long de la touche. Aujourd’hui, on a eu beaucoup d’opportunités de marquer qui se sont finies par des petites erreurs. »

La pression des Charentais se fait grandissante et il faut un exploit de Jérôme Bosviel - un coup de pied par-dessus pour lui-même devant deux défenseurs - pour casser la dynamique et mettre Sapiac à l’abri. À la fin du match, l’ailier Maxime Salles était pragmatique : « Ce sont les aléas d’un match, souvent l’équipe diminuée se rebelle. Nous sommes aussi coupables d’un passage à vide en début de deuxième mi-temps. Cette petite perte de concentration fait de ce match-là ce qu’il est… » Son entraîneur Florian Ninard s’est montré plus mitigé : « Bien entendu qu’on peut le voir avec l’optique des cinq points. Après le carton rouge dès les premières minutes, ça trotte dans la tête de tout le monde. Mais la victoire est importante, elle fait du bien dans les têtes de tout le monde. On avait besoin de se rassurer. » Contre Nevers ce vendredi, pour espérer ne serait-ce que la victoire, Montauban devra hausser son niveau de jeu et ce malgré la perte de ses deux piliers gauches…

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?