Les nouvelles énergies clermontoises

  • Les Clermontois de Sébastien Bézy n’ont fait qu’une bouchée de Brivistes inquiétants.
    Les Clermontois de Sébastien Bézy n’ont fait qu’une bouchée de Brivistes inquiétants. Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Les Auvergnats ont régné en Corrèze. Dans le sillage de leurs détonantes recrues, en phase ascendante.

« Il ne faut pas s’enflammer, ni vous ni nous. » Au coup de sifflet final d’une démonstration à Brive, Franck Azéma a invité tout le monde, joueurs et observateurs, à rester le plus mesuré possible. Le directeur sportif de l’ASMCA tenait à garder le triomphe modeste quand bien même son équipe venait de s’octroyer la première place provisoire au classement et un quatrième succès de rang. « S’il y a bien un domaine où les certitudes n’existent pas, c’est bien dans le rugby, rappelait à juste titre le technicien. Ca peut aller très vite d’une semaine à l’autre. »

L’ancien ailier est bien placé pour en parler. Tout juste un mois auparavant, après avoir craqué à Bayonne et été supplanté par le Racing 92 en quart de Coupe d’Europe, il était interrogé sur les difficultés d’un groupe annoncé en fin de cycle, sur le déclin. Loin de nous l’intention de lui promettre un Brennus, après trois succès à domicile et une sortie convaincante à Brive. Mais les motifs de satisfaction et d’espoir commencent à devenir sérieux : « On n’est pas arrivé mais on prend de la confiance. Avec tout ce qui est proposé par les coachs, Xavier, Bernard, Didier et Benson, ça prend de l’épaisseur. Les joueurs se régalent là-dedans. Il y a du bon travail d’effectué et ça fait plaisir de les voir s’exprimer ensemble. »

Bézy, et de cinq !

Au milieu de ce collectif en phase ascendante, les recrues jouent le rôle de détonateurs. Comme souvent, tout part de devant. Samedi, la première ligne, très performante, était composée à 100 % de nouveaux venus : Peni Ravai, remplaçant de luxe, a tenu la distance pendant cinquante minutes, Adrien Pélissié a été précis dans tous les secteurs et Cristian Ojovan — révélation du début de saison, sauf pour les suiveurs du Pro D2, déjà avertis de son potentiel — a poursuivi son œuvre de destruction. « Nous avons eu une grosse conquête, que ce soit en mêlée ou en touche, résume Franck Azéma. Sur les groupés, aussi. Il y a eu de beaux essais derrière. Les trois-quarts ont su exploiter ce rapport de forces. » Dans le sillage d’un pack dominateur, les lignes arrière s’en sont effectivement donné à cœur joie. Sébastien Bézy a encore réalisé une prestation de haut vol, enchaînant les bons choix comme les essais. Le demi de mêlée en a inscrit deux nouveaux pour porter son total à cinq. « Franchement, je n’ai pas grand-chose à faire, je suis juste au soutien », tempère l’ancien Toulousain, toujours aussi avare en commentaires à l’heure de parler de lui. Au-delà de ses réalisations, il incarne le Clermont nouveau avec ce jeu plus débridé.

« Beaucoup de complémentarité »

A ses côtés, Camille Lopez se retrouve et Jean-Pascal Barraque se régale. Le centre a inscrit un vrai essai de septiste en naviguant puis en accélérant dans la défense briviste : « A 10-0, il nous fait passer à 17-0, ça a été un gros coup de massue pour les Brivistes, souligne son directeur sportif. Il est consistant et il a cette capacité à marquer les essais. Ce qui me fait plaisir, c’est cette gnac, cet appétit. » Sa justesse technique, sa vitesse, sa vision du jeu sont autant de bénédictions pour l’ASMCA. Franck Azéma se félicite de cette connexion fluide et rapide, 9-10-12 : « Ils ont beaucoup de complémentarité et de complicité. Ça se sent. Ça nous apporte de l’alternance dans les formes de jeu, de l’aisance dans la capacité à jouer au près. » Dans l’attente du retour de Morgan Parra et de l’installation d’une concurrence, Sébastien Bézy travaille ses repères avec Camille Lopez : « On arrive de mieux en mieux à produire le jeu que l’on veut faire. Même s’il y a des actions où les ballons tombent et des en-avant, il y a du progrès, de bonnes séquences de jeu. C’est ce qu’on nous demande de mettre de l’énergie, du rythme. »

D’insuffler un élan nouveau. Pour l’heure, la mission est accomplie. Mais Franck Azéma le sait : il faudra hausser le niveau d’application pour concrétiser ces promesses sur la durée. « Ce n’est pas de la négligence ou du relâchement mais il y a un manque de cohésion par moments. Je le rappelle, nous sommes en train de bâtir des choses. Il faut un capital énergie que l’on maîtrise tout au long du match. » Avec les hyperactifs Bézy, Barraque, Ravai et autres Matsushima, ce Clermont possède de belles ressources

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Midi-Olympique.fr
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?