Oscar de la semaine : Gourdon en patron

  • Kevin GOURDON of Stade Rochelais during the Top 14 match between Pau and La Rochelle at Stade du Hameau on November 1, 2020 in Pau, France. (Photo by Pierre Costabadie/Icon Sport) - Stade du Hameau - Pau (France)
    Kevin GOURDON of Stade Rochelais during the Top 14 match between Pau and La Rochelle at Stade du Hameau on November 1, 2020 in Pau, France. (Photo by Pierre Costabadie/Icon Sport) - Stade du Hameau - Pau (France) Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Bernard Pontneau, le président de la Section paloise, devrait sérieusement penser à prendre rendez-vous avec l’agent de Kevin Gourdon. En effet, le troisième ligne international de La Rochelle livre toujours des prestations exceptionnelles quand il joue au stade du Hameau. Blague à part, celui qui était capitaine des Maritimes lors de cette septième journée du Top 14, a encore une fois crevé l’écran, confirmant qu’il était un des maillons forts de la formation de Jono Gibbes où la concurrence est pourtant rude en troisième ligne avec Victor Vito et Grégory Alldritt qui se partagent le plus souvent le poste de numéro huit. Le premier étant absent sur blessure et le second étant en train de devenir un cador du XV de France, Kevin Gourdon enchaîne les performances remarquables et remarquées avec le Stade rochelais. Il répond surtout toujours présent à chaque fois qu’il doit endosser le rôle de capitaine.

« Quand on me donne le capitanat, je le prends et je l’assume », répondait-il humblement après la rencontre. À 30 ans, il retrouve tout de même un sacré niveau de jeu, surtout depuis qu’il a retrouvé le numéro huit lors de la victoire face à l’Union Bordeaux-Bègles. Il n’avait plus été titularisé à ce poste en Top 14 depuis un déplacement à Oyonnax le 6 janvier 2018. Il s’était depuis mué en troisième ligne sans changer rechigner à la tâche. Il a fait très mal à la défense paloise notamment au bord des regroupements où il a trouvé de nombreuses brèches. Il était aussi là en seconde période pour remettre son équipe dans l’avancée au plus fort du sursaut d’orgueil béarnais. Victor Vito peut donc prendre son temps pour soigner son biceps alors que Grégory Alldritt pourra aussi souffler après la période internationale.

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?