Quelle naïveté des Australiens !

  • Les Wallabies ont vraiment touché le fond à domicile à cause en partie d’un ouvreur et d’un premier centre trop tendres. C’est normal, ils débutaient. Les Wallabies ont vraiment touché le fond à domicile à cause en partie d’un ouvreur et d’un premier centre trop tendres. C’est normal, ils débutaient.
    Les Wallabies ont vraiment touché le fond à domicile à cause en partie d’un ouvreur et d’un premier centre trop tendres. C’est normal, ils débutaient. Dave Lintott / Icon Sport - Dave Lintott / Icon Sport
Publié le

Les Wallabies ont vraiment touché le fond à domicile à cause en partie d’un ouvreur et d’un premier centre trop tendres. C’est normal, ils débutaient.

Il y a plusieurs facettes à cette débâcle à domicile. La plus évidente ? La naïveté de ces Wallabies. Ils ont défié les All Blacks avec un numéro 10 et un numéro 12 à zéro sélection. Dans un affrontement de cette intensité, offrir un « cœur de jeu » aussi tendre à l’adversaire, a tourné au suicide. Les pauvres Brumbies Noah Lolesio et Irae Simone ont souffert mille morts pour leur baptême du feu. Ils n’ont pas existé notamment en défense face aux vagues adverses. On se doute bien que Dave Rennie ne les a pas alignés par plaisir, il y fut obligé par des blessures de James O’Connor et de Matt Toomua. En plus, l’autre centre, Jordan Petaia retrouvait le niveau international après plus d’un an d’absence.

Voilà (en partie) comment les Australiens se sont retrouvés à ce point balayés à domicile par les All Blacks, comme une médiocre équipe de l’hémisphère Nord. Et les aléas de la rencontre ne leur ont pas été favorables : Filipo Daugunu qui prit ce premier carton jaune, visiblement obsédé par son vis-à-vis Caleb Clarke, au point de le plaquer en l’air sans aucune circonstance atténuante. On a aussi noté le match assez catastrophique de l’ancien treiziste Marika Koroibete qui a multiplié les absences en défense. La plus évidente fut celle qui provoqua l’essai de Ioane petit côté, mais ce ne fut pas la seule. Le constat le plus terrible, ce fut ce premier quart d’heure où les All Blacks conservèrent impitoyablement le ballon. Il a fallu attendre la 23e minute pour voir les Wallabies jouer un ballon dans les 22 adverses. Les All Blacks menaient déjà 12- 0. Dave Rennie l’a confirmé : « On se retrouve sous pression très vite, à chasser le score et on a forcé trop de ballons face à une équipe au sommet. Mais on a vu une équipe des All Blacks très affûtée, particulièrement précise en première mi-temps, avec un niveau technique exceptionnel malgré les conditions humides. Leur jeu au pied a été intelligent et leur sens du jeu excellent. Nous avons été surclassés. » Le sélectionneur savait ce qu’il disait en parlant de ballons « forcés ». Rarement on avait vu une équipe australienne aussi indigente dans le jeu offensif. Jordan Petaia semble avoir personnellement la dimension internationale, il fut décisif sur le seul essai de son équipe, mais c’est vrai, il a « jeté » trop munitions. La nation qui a quasiment inventé le rugby de possession à la fin des années 90 a multiplié les bourdes. Injure à l’Histoire !

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?