La Rochelle : alterner pour mieux régner

  • Au sortir d’une prestation aboutie face à Pau, l’arrière Brice Dulin veut poursuivre sur cette lancée. Photos Icon Sport
    Au sortir d’une prestation aboutie face à Pau, l’arrière Brice Dulin veut poursuivre sur cette lancée. Photos Icon Sport Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Redoutables depuis la fin de la trêve européenne, les Maritimes exécutent à merveille un plan de jeu où l’alternance a le vent en poupe.

Dix-huit points pris sur vingt possibles. Les plus pointilleux trouveront sans doute à dire qu’il y avait la place de décrocher le jackpot. Certes, le Stade rochelais peut nourrir des regrets d’avoir laissé filer un bonus offensif lui tendant les bras au Hameau (25-34), une semaine après être passé près d’une autre victoire à cinq points contre l’UBB (20-6). Sacrée moisson, tout de même, depuis la parenthèse européenne du mois de septembre. Le club à la caravelle, en tout cas, s’en satisfait amplement. Cette série de quatre succès dont deux à l’extérieur, a surtout le mérite de valider une stratégie de plus en plus injouable pour l’adversaire. Difficile à décoder, tout du moins.

Ce Stade rochelais-là a quelque chose d’imprévisible, depuis quelques semaines. Comme s’il avait plusieurs coups d’avance. Ne serait-ce qu’un seul. "Il y a le sentiment que peu importent les choses qui arrivent pendant le match, nous allons être prêts à faire face à la situation", lançait d’ailleurs Jono Gibbes, deux jours avant que son groupe n’écœure la Section paloise. Si le plan de jeu façonné par le staff n’a pas connu de révolution majeure à l’intersaison, il est surtout mieux exécuté. Plus clinique, plus précis, plus efficace. Plus déstabilisant, aussi, pour l’adversaire. De par la faculté à alterner. La facilité, même, pourrait-on dire, quand on regarde La Rochelle manier l’arme du jeu au pied. Entre autres.

L’art de l’occupation

Dans le rôle de chef d’orchestre, Jules Plisson. Sur 166 ballons depuis le début de la saison, l’ouvreur maritime en a joué 68 au pied. Soit un tiers ! Colossal. Et très rarement pour s’en débarrasser. Non, Plisson est plutôt du genre à délivrer des caviars à ses partenaires, aux quatre coins du terrain. Et quand il s’agit d’occuper ou de renverser la pression, l’ancien Parisien marche sur l’eau en ce moment. "Les Rochelais ? Ils n’ont fait que nous renvoyer chez nous. Nous avons perdu la bataille de l’occupation et, au fur et à mesure, ils se sont installés…" Son homologue girondin Matthieu Jalibert en témoignait, pas plus tard qu’il y a deux semaines. Pau aussi en a fait les frais. Ronan O’Gara espère, par ce biais, allonger la liste des victimes : "J’ai un numéro 10 capable de taper le ballon sur soixante-dix mètres et c’est une bonne tactique pour l’hiver." L’entraîneur en chef loue aussi l’utilisation souvent récompensée des petits par-dessus. Allant jusqu’à comparer la performance dominicale de son arrière Dulin, en la matière, à celle de l’ouvreur du XV de France, Romain Ntamack, la veille face à l’Irlande. "Brice a fait la même. C’est la classe internationale. Il n’y a pas beaucoup de joueurs qui peuvent faire ça. J’adore ceux qui jouent avec un peu d’instinct."

Doumayrou et Sinzelle prennent aussi leur part du gâteau, au pied. Cette volonté de varier le jeu, La Rochelle la cultive toute la semaine, à l’entraînement. à coups de combinaisons et de rampes de lancement idéales. "Nous parvenons à tenir le ballon beaucoup plus longtemps que les autres années, confirme le flanker Wiaan Liebenberg. Pour attaquer, c’est beaucoup plus facile." Son actuelle partition, le Stade rochelais espère maintenant, pour mesurer pleinement sa force de frappe, la réciter face au leader asémiste. Sa bête noire. Seulement deux victoires sur les dix dernières confrontations, toutes compétitions confondues.

Romain Asselin
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?