Le LOU sait où il met les pieds

  • Jonathan Wisniewski (Lyon)
    Jonathan Wisniewski (Lyon) Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Bien conscients que les événements de ces derniers jours risquent de ressouder leurs adversaires, les Rhodaniens s’avanceront plus méfiants que jamais.

Un an et trois semaines. 385 jours. Une éternité, en somme, que les Agenais n’ont plus remporté le moindre match à domicile. Autant dire, dans ce contexte, que la première équipe qui perdra sur la pelouse d’Armandie aura lâché des points d’autant plus précieux que déjà trois équipes en ont déjà pris cette saison. Le genre d’écart de performance que le Lou ne peut évidemment pas se permettre, s’il souhaite rester accroché au bon wagon… Autant dire que les Rhodaniens, une fois de plus perturbés par la Covid-19 et obligés de s’entraîner par petits groupes depuis les trois tests positifs de la semaine dernière, n’ont pas forcément accueilli d’une très bonne oreille les nouvelles de l’éviction des entraîneurs agenais, ainsi que la mise à l’écart de trois joueurs. Parce que pareilles mesures appellent évidemment à une révolte et que, dans ce contexte, la rencontre de ce week-end ne pourra en aucun cas ressembler aux précédentes… "On sait très bien que lorsque les choses partent comme ça, il y a forcément une réaction derrière, avec des joueurs qui se ressoudent, nous glissait dans la semaine le manager Pierre Mignoni. On en est conscient, bien que ça ne nous regarde pas. Les seuls Agenais pour lesquels je veux avoir une pensée, ce sont Christophe Laussucq et Rémi Vaquin, car cela fait toujours de la peine quand ces choses-là arrivent à des collègues. Le reste, comme je l’ai dit, ce n’est pas nos affaires. Tout ce que l’on peut faire, c’est rester concentré sur nous pour faire le job sur la pelouse d’Armandie."

Armandie, terrain glissant

Pour cela ? Les Lyonnais n’auront heureusement pas à piocher très loin dans leurs souvenirs… On en veut pour preuve ce dernier déplacement du 4 janvier où, menés pendant tout le match, les Lyonnais ne durent leur salut qu’à un essai de Chiocci à 5 minutes de la sirène, point final d’un scénario haletant marqué par trois essais refusés à la vidéo. Pire, la saison précédente, le Lou avait largement chuté sur la pelouse d’Armandie (25-15), livrant ce jour-là une prestation qui avait fait sortir Pierre Mignoni de ses gonds. "On sait très bien où on met les pieds et à quoi s’attendre, convenait ce dernier. Dimanche, il faudra être prêts." Pas le plus facile car, dans ce genre de déplacement où il a tout à perdre, on ne retient jamais rien de la prestation du favori. Hormis lorsqu’il se prend les pieds dans le tapis…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?