L’UBB et ses attelages de qualité

  • Le deuxième ligne international australien Kane Douglas est l’un des "soldats" de Christophe Urios. Le deuxième ligne international australien Kane Douglas est l’un des "soldats" de Christophe Urios.
    Le deuxième ligne international australien Kane Douglas est l’un des "soldats" de Christophe Urios. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Cazeaux avec les Bleus, Petti avec les Pumas, l’UBB compte en deuxième ligne sur le trio Marais-Flanquart-Douglas. Coup de projecteur sur un poste très bien fourni.

L’UBB est donc soumis au va-et-vient des internationaux. En début de semaine, on a appris que le deuxième ligne Cyril Cazeaux allait rejoindre le XV de France, comme l‘Argentin Guido Petti Pagadizabal, est parti pour jouer le tournoi de l’hémipshère Sud avec les Pumas. Les Bordelais se retrouvent avec seulement trois hommes disponibles à ce poste : Jandre Marais, Kane Douglas et Alexandre Flanquart. La deuxième ligne était l’un des postes les mieux pourvus de l’effectif estimait-on en début de saison.

4 et 5 : profils clairement différents

Le manager Christophe Urios détaille "Ce poste reflète assez bien notre équipe. Il est très complémentaire." Il fait une distinction nette entre les "5" et les "4". "Oui j’aime avoir à ce poste de vrais spécialistes. Jandre est un vrai numéro 5, fort physiquement, qui monte fort en défense. Un gros combattant, très fort sur les fondamentaux. Cyril Cazeaux est son pendant." Jandre Marais a commencé quatre matchs sur cinq de Top 14 plus des deux de Coupe d’Europe. C’est dire, s’il a la confiance de ses coachs. Cyril Cazeaux n’a été paradoxalement que deux fois titulaire, à Lyon et contre Agen, et n’a pas joué en Coupe d’Europe. Ce Landais formé à Dax a donc le mérite d’intéresser les sélectionneurs alors qu’il est un peu dans l’ombre de Marais depuis le début de la saison. C’est la loi de la concurrence et c’est à ce prix qu’un club peut viser les sommets. La saison dernière, si euphorique, il avait été titulaire à neuf reprises en championnat, mais Marais était blessé en début de saison. C’est à ces moments-là que Cazeaux avait marqué des points aux yeux des sélectionneurs. "Peut-être que Cyril se déplace davantage, porte davantage le ballon."

Quid des numéros 4 ? "Kane Douglas et Alexandre Flanquart ont des profils typiques, ils sont aériens, bon sur les renvois, sur les touches évidemment. Ils se déplacent et ils plaquent. Les deux peuvent aussi jouer en position de 5, Alexandre l’a fait en équipe de France (entre 2013 et 2016). Mais je les utilise clairement en numéro 4." 22 fois international, Flanquart a finalement peu joué depuis son arrivée en Gironde en 2019. Cette saison, il n’a pas encore été titularisé en championnat : "Oui, il a toujours eu des petits bobos à des moments importants. Il s’est bloqué le dos par exemple. Il a aussi été papa, ce qui est une bonne nouvelle… Mais plusieurs choses l’ont empêché d’enchaîner."

L’ancien Wallaby Kane Douglas a aussi une belle cote. Urios le qualifie de "soldat". "Un gros travailleur. Un joueur de haut niveau, qui n’a pas encore exprimé tout son potentiel." Il a été deux fois titulaire en championnat, et deux fois en Coupe d’Europe. "Cette complémentarité nous permet de nous adapter aux équipes adverses." Reste l’Argentin Petti que Urios voit comme un être hybride. "Il est un "4" mais peut jouer numéro 6 car il se déplace bien et comprend le jeu. J’apprécie cette polyvalence. Et puis, il est très fort en touche, c’est un obsédé de ce secteur. Il y passe beaucoup de temps. C’est impressionnant."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?