Rouen : la nuit des seconds couteaux

  • Rouen : la nuit des seconds couteaux
    Rouen : la nuit des seconds couteaux Icon Sport
Publié le

Gardant à l'esprit que de gagner à Oyonnax serait un exploit, Rouen pense possible de faire un coup et se prépare dans ce sens.

C'est ce qui anime les normands, un déplacement abordé sérieusement, bien sûr, mais aussi sereinement, car les joueurs de Richard Hill savent bien que tout le mode s'attend à ce qu'ils chutent au bord des Alpes.

D'ailleurs , la composition du stratége anglais montre bien cette volonté. On avait dit la saison dernière lorsque le même type de quinze de départ avait été proposé, que Rouen envoyait les seconds couteaux , Rouen était revenu avec la victoire pourtant , avec un match très sérieux à la clé.
On note donc si on s'attarde au ligne par ligne des choses étonnantes mais fortes intéressantes en même temps.

Le retour à l'arrière de Kevin Milhorat, blessé jusqu'alors à la main , ce sera son premier match cette année, mais c'est un joueur solide, qui au cours des dernières saisons (il est à Rouen depuis 2015), voyait arriver tous les ans son remplaçant qu'il finissait toujours par remplacer (18 matches de ProD2 l'an passé). Il arrive à un âge où on sait qu'il tiendra son rang, au moins avec le rythme qu'il aura dans les jambes.
Idem avec les titularisations de Fabien Vincent, joueur emblématique de Rouen capitaine en fédérale 1 prêt à mourir sur le terrain pour sa Normandie et William Takai , joueur jugé comme un des meilleurs perforateurs de défense , et qui n'est apparu qu'une fois cette saison.
Que dire de Tamaz Mchedlidze, l'international géorgien, peu vu cette année mais revenu de sélection, qui avait été un des meiileurs éléments rouennais de la demie saison passée, et qui devrait repartir en sélection d'ici 10 jours. Il a donc à coeur de marquer de son empreinte ce match.
Une nouvelle titularisation pour Marvin Woki dont on attend beaucoup cette année, l'apparition d'Antoine Fournier le pilier formé à Aurillac qui a tant à prouver et qui se voit offrir sa première de la saison.

Bien sûr , Richard Hill a gardé cinq titulaires usuels (Guion , Leleu, Nicolas, Frisch et Lebreton) dans le groupe , un par ligne , car les joueurs démarrant risquent de vite tirer la langue par manque de rythme. Il faudra alors vite remplacer les rouages qui grincent. Une manière aussi de montrer que dans sa tête d'anglais, il vient bien tenter de renverser le (virtuel car deux matches en retard) leader invaincu.
 

Gaël Lecoeur
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?