Toulon : Toeava, leur papa cool

  • Isaia Toeava au centre, ici entouré de Ducan Paia’aua et Gabin Villière, deux jeunes talents de la ligne de trois-quarts toulonnaise. Photo Icon Sport
    Isaia Toeava au centre, ici entouré de Ducan Paia’aua et Gabin Villière, deux jeunes talents de la ligne de trois-quarts toulonnaise. Photo Icon Sport
Publié le , mis à jour

Arrivé blessé à l’intersaison, le champion du monde 2011 a depuis retrouvé ses moyens. Pour le plaisir du staff et d’une jeune ligne de trois-quarts.

Au cœur d’un recrutement des plus intimistes cet été, l’arrivée d’Isaia Toeava marquait la volonté du club toulonnais de recruter un joueur d’expérience, capable d’accompagner une jeunesse talentueuse mais encore inexpérimentée au très haut niveau. De son côté, après cinq saisons à Clermont, le All Black (34 ans, 36 sélections) voyait en cette signature l’opportunité de rebondir, et surtout de relever un défi de transmission.

"Les mecs sont jeunes, ce qui fait de moi l’aîné des trois-quarts. Mais il y a vraiment des mecs d’un talent pur, comme "Carbo" ou Duncan Paia’aua. Ils sentent le rugby et sont demandeurs de l’expérience des "anciens". C’est cool, même s’ils me font me sentir vieux, s’amusait l’ancien des Auckland Blues mi-octobre. Je joue au rugby, et suis pro depuis de longues années, alors mon job consiste - au-delà de mes performances- à encadrer ces jeunes talents. Je dois faire un travail de transmission, les accompagner et leur apporter ce que m’ont apporté mes aînés au début de ma carrière."

Sauf que si son nom avait tout particulièrement été coché par le staff, le champion du monde 2011 arrivait touché au mollet. Résultat : trois mois de convalescence, de réathlétisation, pour un retour début octobre, contre Montpellier.

"Les jeunes le charrient, ça lui fait du bien"

Depuis ? "Ice" n’est plus sorti du XV de départ et enchaîne les prestations remarquées au centre de l’attaque toulonnaise : rassurant en défense, serein dans le jeu courant et capable de faire LA passe qui mettra le bazar dans la défense adverse, l’ancien clermontois est quasi immédiatement devenu déterminant dans le bon équilibre du RCT. Pourtant, plus encore que sur le terrain, c’est bien dans la vie de tous les jours que le All Black parvient à apporter son vécu à ses jeunes coéquipiers.

"Je découvre quelqu’un de très humble, raconte Julien Dupuy. C’est un garçon qui a gagné énormément de titres, qui est champion du monde, mais il garde une grande humilité. C’est remarquable. Au quotidien ? Il travaille autant que les autres, aide les jeunes, puis il arrive à déconnecter du rugby et à déconner avec les mecs, malgré la différence d’âge qu’il peut avoir avec certains, surtout derrière. Ce qui est marrant, c’est que les jeunes le charrient un peu, et ça lui fait du bien. Au-delà de ses qualités rugbystiques, c’est quelqu’un d’important pour le groupe de par sa présence et son expérience." Performant sur le terrain, proche des "young fellows" et déjà devenu l’un des relais privilégiés au sein du groupe, "Ice" est en tout cas en passe de réussir son pari toulonnais.

Pierrick Ilic-Ruffinatti
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?