Parisse, le colosse aux pieds de velours

  • Outre sa passe au pied magistrale, Sergio Parisse a encore une fois été très actif dans le combat et le jeu courant.
    Outre sa passe au pied magistrale, Sergio Parisse a encore une fois été très actif dans le combat et le jeu courant. Icon Sport
Publié le , mis à jour

Aussi géniale qu'inattendue, la transversale de Sergio Parisse a permis au RCT de décrocher au score sur de courageux Brivistes. À 37 ans, l'inoxydable Italien n'en finit plus de surprendre.

Trente-cinquième minute et dix secondes : à quoi pensait Sergio Parisse au moment de distiller - à la surprise générale, bien évidemment - une transversale sur l’aile d’Erwan Dridi ? À Juan Martin Hernandez ou plutôt « El Mago » pour les intimes, avec lequel il a joué plusieurs saisons au Stade français ? Ou alors à Louis Carbonel, demi d’ouverture de son état, friand des jeux au pied décisifs ? Peut-être même à Patrice Collazo, qui apprécie toujours quand ses joueurs prennent des initiatives mais n’hésite pas à leur signifier quand ils franchissent la limite du grand n’importe quoi ? On ne le sait pas. Et à vrai dire, personne ne le saura jamais.

À commencer par Parisse, qui a davantage écouté son instinct que sa raison, au moment de frapper délicatement le ballon de son pied droit. « Baptiste (Serin, N.D.L.R.) a un peu de mal à me passer le ballon mais je vois que la défense est serrée et qu’Erwan est décalé ; alors, j’essaye de m’appliquer sur le geste et j’y parviens… Quand ces actions - surtout quand elles sont réalisées par un joueur dont ce n’est pas le rôle - sont réussies ça surprend mais quand tu les rates, tu passes pour un con… »

Auteur d’un drop raté au Stade de France un soir d’hiver 2016, l’inoxydable Italien a donc connu beaucoup plus de réussite et remis le RCT à l’endroit, après un début de rencontre compliquée.

« Il faut jouer, tenter, oser, c'est pour cela que j'aime ce sport »

Pourtant, au moment de revenir sur cette action, le troisième ligne demandait que les projecteurs ne soient pas braqués sur la simple réussite de cet incroyable geste mais davantage sur l’audace de ce dernier. Numéro 8 ? 10 ? Il semblerait que même s’il avait été talonneur, Parisse aurait tenté cette transversale, convaincu que c’était le geste à tenter à ce moment-là, bien que cela ne soit pas une responsabilité habituelle pour un troisième ligne centre.

« J’ai simplement essayé de m’appliquer sur mon geste, car j’étais convaincu que c’était le choix à faire. J’étais en position d’ouvreur, je me suis appliqué et ça a marché, donc je suis content. […] Je le suis vraiment car ça montre que les joueurs doivent mettre leurs qualités au service de l’équipe. Mais je ne pense pas qu’il soit important d’applaudir ce geste alors que je suis numéro 8 mais il faut surtout en profiter pour dire aux jeunes qu’ils ne doivent pas avoir peur de tenter, quitte à se tromper. Ils doivent avoir confiance en leurs qualités : il faut jouer, tenter, oser, c’est pour cela que j’aime ce sport. »

L’audace couplée à une confiance en sa technique individuelle et voilà comment d’un geste aussi génial qu’inattendu, Sergio Parisse faisait basculer le cours d’une rencontre que le RCT s’évertuait jusqu’alors à se rendre compliqué. « Réussir une demi-volée extérieur du pied, c’était le rêve qu’il n’était pas parvenu à exaucer contre la France, s’amusait Patrice Collazo. Je suis content pour Sergio. Cela fait partie de ses bonus de fin de carrière. »

Les mains de Sonny Bill Williams, le talent du petit caporal (Jérôme Gallion), le courage de Bakkies, le charisme de Jungle Joe, l’audace de « Gits » et désormais le pied de Jonny ? Voici Sergio Parisse et sa classe illimitée qui, à maintenant 37 ans, n’en finissent plus de surprendre un public toulonnais qui n’aura bientôt plus suffisamment d’adjectifs pour raconter l’amour qu’il porte déjà à sa légende italienne.

 

Pierrick ILIC-RUFFINATTI.
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?