Agen et l’incroyable intérim

  • Jean-François Fonteneau, président du SUA, au four et au moulin. Photo I.S. Jean-François Fonteneau, président du SUA, au four et au moulin. Photo I.S.
    Jean-François Fonteneau, président du SUA, au four et au moulin. Photo I.S. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Depuis la mise à l’écart de Christophe Laussucq et Rémi Vaquin, le président d’Agen assure un drôle d’intérim.

Le communiqué du club ne laisse aucun doute : "Pas de demande d’interview individuelle auprès de joueurs. Seul le Président Jean-François Fonteneau est autorisé à communiquer." Depuis l’annonce de la mise à l’écart de Christophe Laussucq et Rémi Vaquin et en attendant la promotion d’un nouveau staff dirigé par Régis Sonnes qui prendra ses nouvelles fonctions après ce match contre Toulon, Jean-François Fonteneau s’est rapproché du terrain dans cette période dite d’autogestion : "On s’appuie sur quelques leaders qui sont très impliqués. Il y a aussi Mathieu Barrau qui est très présent et puis je peux compter sur Julien Guiard, le manager du centre de formation qui anime les ateliers et les différents entraînements dans la semaine." Mais le président vient tous les jours à Armandie dans cette drôle de période : "Il faut quelqu’un qui canalise et manage tout ça donc je suis très présent et j’endosse un rôle nouveau qui sera très éphémère." Il a donc composé sa première équipe lors de la réception de Lyon, bien aidé par l’ensemble du staff qui dirige les séances : "C’est un casse-tête, car on fait forcément des malheureux et, parfois, des joueurs ne comprennent pas et sont frustrés. C’est tout à fait normal puisque ce sont des compétiteurs."

Toujours pas de victoire

Les premiers ajustements ont permis de décrocher un point de bonus défensif face à Lyon. Certes, les Agenais sont toujours impatients de goûter à un premier succès cette saison mais Jean-François Fonteneau a été rassuré par le contenu : "On peut dire que le moral est meilleur cette semaine. Après un électrochoc, il est fréquent de voir une réaction. On veut maintenant savoir si c’était une réaction épisodique ou si nous sommes sur quelque chose de plus profond, de récurrent. Ce match contre Toulon va nous le dire." Les Agenais devront afficher encore une farouche volonté pour mettre un terme à cette série de défaite face à un adversaire qui a remporté ses trois derniers matchs. "On a retrouvé un peu d’ADN dans notre engagement, poursuit Jean-François Fonteneau, C’est positif et peut nous donner confiance. Il ne faut pas avoir toujours le pistolet sur la tempe, et être constamment pris en étau entre l’obligation de résultat. On a essayé de travailler là-dessus pour avoir des joueurs plus en confiance. Nous avons aussi modifié l’équipe avec quelques changements pour apporter de la fraîcheur et de l’énergie en espérant." Le coup est passé tout près face à Lyon et tous les Agenais espèrent que cette fin de match pleine d’espoirs n’était que les prémices d’un nouveau départ tant attendu. L’arrivée du nouveau staff lundi prochain marquera un tournant mais en attendant les joueurs peuvent écrire un chapitre à cette histoire inédite. "Ça serait magnifique si notre première victoire pouvait arriver", ajoute le président manager avant de plaisanter pour détendre une atmosphère un peu trop tendue autour d’Armandie : "Je terminerais ma carrière éphémère sur un parcours honorable."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Nicolas AUGOT
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?