Immature mais talentueux, Aurillac veut se rassurer

  • Le retour de Paul Boisset, emblématique capitaine du Stade aurillacois sera sans doute bienvenu pour les Cantaliens.
    Le retour de Paul Boisset, emblématique capitaine du Stade aurillacois sera sans doute bienvenu pour les Cantaliens. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Fort d’un point ramené de Provence, même s’il aurait pu espérer beaucoup mieux de son déplacement, le Stade aurillacois accueille des Biarrots revanchards.

À l’aube de leur neuvième rencontre et à l’approche de la fin du premier tiers de la saison, l’heure des premiers bilans approche pour des Cantaliens jusque-là plutôt corrects quand de nombreux observateurs leur prédisaient l’enfer cet été. Le bilan aurait même pu être très positif avec un peu plus de réussite vendredi dernier à Aix-en-Provence. Face à des Aixois bien installés dans la première moitié du classement, ils ont fait plus que rivaliser. "Quand vous regardez le tableau des statistiques, on est devant sur toutes les lignes, sauf la plus importante, détaille Roméo Gontinéac manager de cette équipe avant de poursuivre. C’est vrai qu’on oublie 12 points au pied. Avec 12 points, on gagne mais je n’ai pas envie de remettre toute la faute sur Thomas Vincent. Il y avait du vent… Ce n’est pas simple. Le groupe a avant tout besoin de confiance." En effet, difficile d’accabler le jeune ouvreur prêté par Agen puisqu’il est auteur de tous les points de son équipe.

Plus que le bon point ramené du déplacement, c’est la manière qui enthousiasme le technicien roumain. "On avait besoin de se rassurer. Ça fait des semaines qu’on fait des bonnes semaines d’entraînement et que le week-end ça ne fonctionne pas. Cette semaine le groupe travaille en se disant "On sait que ça marche."." Une bonne semaine d’entraînement sous le signe de la sérénité, les Cantaliens en auront bien besoin pour préparer la réception de Biarritz, une des plus belles formations de ce championnat sur le papier.

Un mois sans gagner pour Aurillac

"C’est une très belle équipe qui joue bien au rugby avec une bonne conquête. C’est un match très important car même s’il n’y a pas de spectateur à Jean-Alric, perdre à domicile ça fait toujours mal au moral." Pour éviter cela, l’équipe "talentueuse mais immature" de Roméo Gontinéac va pouvoir compter sur le retour de blessure de son emblématique capitaine Paul Boisset pour accueillir des Basques qui voudront rattraper leur faux pas de la semaine passée qui les a vus s’incliner à Aguilèra face au leader Vannetais. Symbole de cette déroute, la recrue star Henry Speight. Coupable d’une mauvaise montée en pointe qui ouvrit un espace décisif pour Abendanon suivi d’un en-avant grossier 4 minutes plus tard, l’international australien a ressenti le besoin de s’excuser auprès de ses partenaires et des supporters. Sur Instagram il déclare d’abord en anglais "Tu es parfois dans un bon jour, d’autres fois non. Hier, c’était un mauvais jour pour moi. Mais le soleil s’est levé ce matin en m’offrant l’occasion d’être meilleur." Avant de poursuivre en français : "Je m’excuse auprès de nos partisans et frères." Voilà des Biarrots remontaient à bloc, eux qui ne s’étaient inclinés qu’une seule fois dans un début de saison haché par les reports.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Baptiste BARBAT
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?