À la recherche du juste équilibre pour les Bleus

  • Scott Cummings (Écosse), face à la France.
    Scott Cummings (Écosse), face à la France. Actionplus / Icon Sport
Publié le

Encore trop pénalisés ces derniers temps, les Bleus savent ce que leur a coûté l’indiscipline lors de leur dernier match en écosse. Mais gare à ne pas perdre en agressivité pour autant...

Cette fois, ils n’auront pas d’excuse. Difficile en effet, dans le contexte d’un stade de Murrayfield à huis clos, de justifier son manque de discernement et de maîtrise par la difficulté à canaliser ses émotions, la faute à "un trajet en bus d’un quart d’heure au travers d’une foule en délire" qui aurait fait basculer les Bleus dans la folie. Aucune excuse valable donc, comme la dernière fois. D’autant moins que les coéquipiers de Charles Ollivon savent parfaitement à quelle sauce ils seront mangés, les écossais ayant prouvé, lors de la dernière visite, qu’ils étaient passés maîtres dans l’art consommé de la provocation. Mohammed Haouas peut en témoigner mais aussi François Cros, temporairement expulsé après un plaquage dangereux sur Grant Gilchrist…

Le hic ? Il est que face au pays de Galles et à Irlande, les Bleus n’ont pas vraiment rassuré quant à leur capacité à rester disciplinés, quand bien même leur propension à commettre des fautes ne s’est pas avérée vraiment préjudiciable. Reste qu’il ne saurait en être de même trois fois de suite, qui plus est dans le contexte toujours épineux d’un match à l’extérieur. De quoi redouter le pire ? Comme on aurait tendance à penser qu’un chat échaudé craint l’eau froide, peut-être pas. En tout cas, pas du point de vue de la discipline, auquel cas on pourrait légitimement penser que les hommes de Fabien Galthié ne brillent pas vraiment par leur intelligence…

Sur un fil

Le risque, du coup ? Il serait justement qu’à vouloir se montrer "trop" disciplinés, les Bleus perdent en agressivité, rendant de fait leur jeu (et en particulier leur défense) moins efficace. En effet, la rush défense ne peut réellement trouver son efficacité qu’à condition de batailler suffisamment dans les regroupements pour retarder les sorties de balles adverses, et offrir au premier rideau le temps matériel de se reconstituer pour pouvoir monter de manière très agressive, encore et encore. De fait, si les Bleus s’avéraient trop "sages" ou enclins à laisser quelques ballons faciles, c’est tout l’équilibre de leur système qui pourrait en pâtir. De quoi conclure que c’est bien de l’équilibre entre agressivité et discipline que découlera la clé du match pour les Bleus. Quitte à enfoncer une porte ouverte, on le jurerait, oui… 

Midi-Olympique
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?