L’Angleterre en veut (toujours) plus

  • Le replacement de Maro Itoje en troisième ligne face à la Géorgie a fait couler beaucoup d’encre outre-Manche. Photo Icon Sport
    Le replacement de Maro Itoje en troisième ligne face à la Géorgie a fait couler beaucoup d’encre outre-Manche. Photo Icon Sport
Publié le

Vainqueurs sans appel des Géorgiens, les Anglais vont cette fois se mesurer aux Irlandais, un adversaire d’un autre calibre. Mais l’on exige d’eux qu’ils s’imposent avec la manière...

Ils en veulent toujours plus… Alors que le XV de la Rose a pourfendu sans mal l’Italie (34-5 à Rome) pour s’adjuger un nouveau titre dans le Tournoi des 6 Nations et qu’il a pulvérisé la semaine dernière la Géorgie (40-0) dans son antre de Twickenham, les observateurs du rugby anglais en demandent plus. Ici, on lit que ces victoires se sont essentiellement construites sur un jeu direct, servi par la puissance du pack anglais. Là, on lit sir Clive Woodward qui chouine du "manque de constance" d’Eddie Jones dans ses compositions d’équipe, notamment sur le replacement de Maro Itoje en troisième ligne aile pour muscler encore un pack qui n’a laissé aucune chance aux rugueux Caucasiens... Eh quoi ? Oui, Jones avait bâti un pack en acier trempé pour dompter les Lelos… En quoi est-ce décevant ? Dans le sillage de ses "petits" partenaires, le turbulent talonneur Jamie George a marqué un triplé et l’Angleterre n’a pas encaissé le moindre essai ! Quant à Jones, ses choix dans le XV de départ ont permis au flanker des Wasps Jack Willis de faire ses débuts tant attendus en sélection, que l’intéressé a aussitôt célébré en marquant un essai dès la 16e minute. Les choix de Jones ont également montré que l’Angleterre restait performante en mêlée fermée malgré les rotations opérées, comme l’ont montrées les sorties de Joe Launchbury, Will Stuart ou Charlie Ewels : "Nous avons fait du bon boulot. Je ne vais pas vous le cacher, nous nous sommes beaucoup préparés dans le domaine de la mêlée fermée car nous savions les Géorgiens performants dans ce secteur. C’est un marqueur fort pour nous. Mais le pack irlandais reste une menace…", soufflait le pilier Ellis Genge après la rencontre.

L’Irlande sans Sexton et Murray dans le XV de départ

Toujours est-il que les sujets de Sa Très Gracieuse Majesté en veulent davantage. Et réclament maintenant à leur sélection du jeu, des passes et du mouvement, histoire de déborder la défense irlandaise. Au point que l’arrière Elliott Daly a tenu à rassurer nos confrères d’Outre-Manche sur la capacité de son équipe à développer un jeu ambitieux : "Nous avons cela. Nous l’avons dans notre casier. Quand nous en aurons besoin, nous n’aurons qu’à le sortir." Le retour aux affaires de George Ford, pressenti pour conduire l’attaque anglaise aux côtés d’Owen Farrell, replacé en 12, devrait aider le XV de la Rose en ce sens…

Si les conditions de jeu le permettent donc, les Irlandais pourraient donc faire face à la furia anglaise. Et si les choses se passent comme nos chers confrères le veulent, les Irlandais devront le faire sans leur charnière emblématique, la paire Murray-Sexton qui, pour la première fois en neuf ans (oui, en neuf ans), ne se retrouve pas alignée dans le XV de départ qui affronte l’ennemi anglais. Le capitaine Johnny Sexton a dû déclarer forfait en raison d’une blessure aux ischio-jambiers tandis que Conor Murray prendra place sur le banc. La dernière fois que Murray et Sexton n’étaient pas là pour affronter l’Angleterre remonte au mois d’août 2011, quand Eoin Reddan fit équipe avec Ronan O’Gara.

Pour les remplacer, le sélectionneur Andy Farrell a choisi Jamison Gibson-Park (3 sélections) à la mêlée et Ross Byrne (8 capes) à l’ouverture. Deux hommes qui se connaissent bien puisqu’ils évoluent ensemble au Leinster : "J’ai hâte de les voir à l’œuvre. Comment ne pas leur donner leur chance ? Ils ont connu de grands matchs avec le Leinster", se réjouissait Andy Farrell dans la semaine. Ils vont en connaître un autre, cette fois face à l’Angleterre…

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?