Nevers veut chasser le doute

  • Thomas Ceyte, ici face à Valence-Romans, et ses partenaires ne veulent plus de laisser de points en route à domicile, pour rester dans leur objectif du top 6. Photo Icon Sport
    Thomas Ceyte, ici face à Valence-Romans, et ses partenaires ne veulent plus de laisser de points en route à domicile, pour rester dans leur objectif du top 6. Photo Icon Sport
Publié le , mis à jour

Deux défaites au Pré-Fleuri face à l’Usap puis Vannes ont fissuré la confiance des Bourguignons. À domicile, ils n’ont plus le droit à l’erreur.

À Nevers, le week-end sans match a servi à vider les têtes. "Cela fait du bien de se ressourcer", souffle le deuxième ligne Thomas Ceyte. "Cela a permis de faire des points individuellement, fait écho le manager Xavier Péméja. Chacun a pu avoir la réflexion sur ce qu’il faisait bien, ce qu’il amenait au groupe. Les joueurs sont revenus avec une grosse détermination." Un petit bol d’air avant de tenter de chasser les doutes. Car dans les esprits neversois trottent les derniers matchs au Pré-Fleuri. Face à Perpignan (22-25) puis Vannes (22-35), ils menaient à l’approche de l’heure de jeu avant de caler et d’encaisser un 0-16 la première fois, un 0-19 la seconde. Les Bourguignons doivent se montrer plus costauds mentalement, surtout dès qu’ils se font bousculer. "Dans les moments durs, nous devons voir un groupe fort, appuie Xavier Péméja. Être forts, c’est plier sans casser. Pour le moment, nous n’avons pas de match référence où l’on peut dire que nous avons été forts jusqu’au bout. Il faudra être beaucoup plus déterminés."

Ne pas être tétanisés par l’enjeu

"Ce match référence on ne l’a pas, insiste Thomas Ceyte. Et l’intensité sur quatre-vingts minutes, on ne l’a pas non plus." Nevers reste sur quatre défaites en cinq matchs depuis début octobre. "Nous avons fait un deuxième bloc catastrophique, reprend le deuxième ligne. Désormais, l’objectif est de battre Carcassonne pour se remettre la tête à l’endroit. Ne penser qu’à la gagne car la victoire chasse les doutes. Aujourd’hui, nous regardons nos matchs et voyons que dans nos contenus, ce n’est pas la folie mais c’est mieux que l’adversaire. Et nous ne sommes jamais payés. Donc une victoire pourrait nous remettre du baume au cœur."

Les Bourguignons sont méfiants car ils savent leurs adversaires plutôt à l’aise hors de leur base. "Et nous, en ayant déjà deux résultats négatifs à la maison, nous avons encore plus de pression, avance en parallèle Xavier Péméja. Mais il ne faut surtout pas qu’elle nous tétanise. Au contraire, il faut que cela nous transcende." Avec trois victoires pour six défaites au compteur, renouer avec le succès devient urgent pour les Neversois. "Il faut savoir regarder devant, reprend le manager. Nous ne sommes pas morts pour la qualification, loin de là. Mais nous sommes sur un fil. Il faut tout faire pour être dans les six à la fin de ce bloc. Et après on verra ce qui se passera sur la phase retour."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Julien VEYRE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?