Un système à respecter au pied de la lettre

  • Thomas Ramos a une occasion en or de prouver à Fabien Galthié qu'il peut compter sur lui, même dans un schéma de jeu contre nature pour le Toulousain.
    Thomas Ramos a une occasion en or de prouver à Fabien Galthié qu'il peut compter sur lui, même dans un schéma de jeu contre nature pour le Toulousain. Icon Sport
Publié le , mis à jour

Après avoir prouvé son efficacité face aux Gallois puis aux Irlandais, la stratégie de Fabien Galthié axée sur le jeu au pied sera encore cruciale pour viser un premier succès depuis six ans en Écosse. L’incertitude étant que le staff ne disposera pas des mêmes individualités pour la porter.

C’est une statistique brute mais suffisamment parlante pour qu’elle interpelle. En effet, depuis la prise de fonction officielle de Fabien Galthié, l’Écosse - France du dernier Tournoi demeure le seul où le XV tricolore a moins souvent joué au pied que son adversaire (22 fois contre 28). Et qu’il est aussi le seul où les Bleus ont perdu… La faute à l’entrée en jeu précoce de Matthieu Jalibert à la place de Romain Ntamack, à la longue période d’infériorité numérique qui a incité les Bleus à conserver le ballon plutôt que prendre le risque de s’exposer à des contre-attaques ou tout simplement au fait que les Bleus ont couru après le score tout le match plutôt que fait la course en tête ? Dans le doute, allez, on optera pour un mélange de ces trois explications puisqu’une seule conclusion peut suffire : peu importe comment, il s’agira de rectifier le tir à Murrayfield…

Jalibert et Ramos, un naturel à chasser

À ce titre ? Deux individus joueront évidemment plus gros que les autres, à savoir Matthieu Jalibert et Thomas Ramos. Parce que les deux hommes abattront une carte individuelle très importante, bien sûr, dans le cadre de leur concurrence avec Romain Ntamack et Anthony Bouthier. Et que celle-ci semble s’avérer d’autant plus difficile à jouer, qu’elle les oblige à évoluer quelque peu contre-nature, Jalibert comme Ramos étant plus naturellement portés sur les prises d’initiative en première intention que sur la mise en place d’un jeu d’occupation et de pression… Sauf qu’en rugby, le système demeure plus important que les individus et qu’à ce titre, le Girondin comme le Toulousain devront se plier aux préceptes du staff de Fabien Galthié. "Les stratégies ne sont pas les mêmes et, par conséquent, on ne me réclame pas la même chose, notamment dans le jeu au pied sur le fond du terrain, convenait dans nos colonne Thomas Ramos. C’est à moi de m’adapter et de rassurer le staff de l’équipe de France quand j’ai la possibilité de jouer, pour lui prouver que je suis capable de respecter une stratégie, de taper dans le ballon quand il le faut."

Le but de cette stratégie de jeu au pied étant d’accélérer et déstructurer le jeu pour placer les individualités tricolores dans les meilleures conditions pour faire valoir leur talent d’adaptation et d’improvisation, on se dit au final que des joueurs comme Jalibert et Ramos sont sur le papier toutes les qualités naturelles pour s’y épanouir. À condition simplement de chasser leur naturel et se se montrer le plus patients possibles, afin d’éviter d’exposer leur équipe et de ne jouer que les bons ballons…

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?