Chat, Fickou et Vakatawa au rendez-vous, Thomas en spectateur... Les notes des Bleus

  • Chat, Fickou et Vakatawa au rendez-vous, Thomas en spectateur
    Chat, Fickou et Vakatawa au rendez-vous, Thomas en spectateur Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Dans le sillage d'un pack dominateur en mêlée et dans les mauls et d'une paire de centre Fickou-Vakatawa explosive, le XV de France s'est imposé en Ecosse (22-15) et prolonge sa dynamique positive.

1. Jean-Baptiste Gros *

Match sérieux du Toulonnais, qui se montra actif autour des rucks et percutant en défense à l’image de son plaquage à la 52eme, sans pour autant se faire pénaliser. Quand on sait qu'il n'a que 21 ans, on se dit que sa marge de progression est immense. Il signe neuf plaquages réussis. Remplacé par le Toulousain Cyril Baille (7/10) à la 53ème minute, qui s’est montré à son avantage en apportant notamment son énergie sur les ballons portés français.

2. Camille Chat ***

Percutant d’emblée avec deux percussions qui ont donné le ton, on a bien compris que pour sa première titularisation sous l'ère de Fabien Gatlhié, le Racingman a voulu frapper fort. Il s'est montré précis dans ses lancers, et agressif dans le jeu au sol. Une prestation globalement satisfaisante pour le Racingman, tout comme pour son remplaçant Julien Marchand (7/10), entré à la 53ème minute. Le Toulousain a apporté sa puissance et sa fraîcheur en mêlée et dans les mauls. Seule ombre au tableau, son lancer sur Cretin en fond d'alignement fut contré par l'alignement écossais à l'affût.

3. Demba Bamba *

Sanctionné pour une position de hors-jeu au quart d’heure de jeu qui donna l'avantage aux Ecossais (6-3), le Lyonnais a fait son possible pour porter le ballon et mettre à profit sa puissance. Bel effort sur la dernière mêlée de la première mi-temps. Il fut remplacé par Mohamed Haouas (6/10) à la 55ème qui, bien qu'encore ciblé par les provocations écossaises, a su garder son calme et se concentrer sur son rugby et ses mêlées où il a été dominateur. Dommage pour cet en-avant commis à la 78e alors que Cretin venait de contrer un lancer écossais en touche.

4. Bernard Le Roux *

Encore une grande activité en défense et dans les rucks pour le deuxième ligne du Racing, que l'on vit régulièrement au large, comme s’il était troisième ligne. Mais aussi de la maladresse balle en main à l'image de ses deux renvois mal captés et un grattage illégable qui permit aux Ecossais de revenir à 12-12. Infatigable, il a disputé l’intégralité de la rencontre et signa un contre-ruck important en fin de rencontre.

5. Romain Taofifenua *

Le Toulonnais avait l’occasion de montrer sa valeur, mais il n’a pas renversé la hiérarchie et Paul Willemse semble rester numéro un au poste. Quelques charges à son actif sur lesquelles il a souvent trouvé de l'avancée, des déblayages mais globalement une activité et une mobilité qui paraissent en deça des standards internationaux. Remplacé par son concurrent Paul Willemse, auteur d’une entrée correcte, notamment en défense.

6. Dylan Cretin **

Première titularisation avec le XV de France réussie pour le Lyonnais, qui a brillé dans plusieurs compartiments du jeu: en touche d’abord, tant offensives que défensives, que dans le jeu au sol ou en défense à l’image de ses plaquages offensifs, comme celui sur Ritchie qui permit un contre-ruck tricolore. En revanche, son engagement sans faille a coûté pas moins de trois pénalités. Un défaut à gommer au plus vite.

7. Charles Ollivon *

Egal à lui-même, le capitaine tricolore s’est montré précieux et sécurisant en touche. Il a été très sollicité sous les renvois, qu'il géra plus ou moins bien puisqu'il fut trop souvent laissé seul. A noter qu'il conserva le ballon malgré un énorme plaquage de l’ailier Van der Merwe lancé à pleine vitesse dans son dos. Il a également fait preuve de constance tout au long de la partie.

8. Gregory Alldritt *

Visé sur les coups d’envois en première mi-temps, le Rochelais s’est montré sûr de lui, et percutant balle en main en début de rencontre. Il fut ensuite moins en vue, à l’image de son équipe qui a moins tenu le ballon durant le reste de la partie. Mais même avec moins de ballons à gérer, il a maintenu son effort en défense en terminant la rencontre avec 14 plaquages. Seule ombre au tableau, ce ballon mal géré derrière sa mêlée peu après la demi-heure de jeu et un en-avant à la 48ème minute.

9. Antoine Dupont : *

On attend tant d'exceptionnel du Toulousain que ce fut presque une surprise de le voir trouver une touche directe sur son premier ballon (certes sous pression, et sur son mauvais pied), ou manquer une de ses premières transmissions sur Jalibert. Un début de match médiocre dont Dupont se rattrapa notablement en défense, en donnant le rythme sur plusieurs montées agressives ou en arrachant le ballon à Weir (32e), sur une possession écossaise proche de la ligne d'en-but. Toujours aussi tonique et saignant au contact, il n'a toutefois pas signé le meilleur de ses matchs en bleu. Les plus pointus des observateurs auront toutefois remarqué qu'en tant que meilleur joueur du dernier Tournoi, Antoine Dupont commence à influencer les arbitres, à l'image de ce ballon « récupéré » à la 41e en rappelant un point de règlement auprès de Wayne Barnes.

10. Matthieu Jalibert : *

Attendu au tournant pour plusieurs (bonnes) raisons par le public français, le Bordelais l'était aussi par les Ecossais, qui ne se sont pas gênés pour le tester d'entrée de jeu dans le secteur aérien. Un défi sous lequel Jalibert a parfaitement répondu, sobre et efficace dans son jeu au pied d'occupation, à l'image de plusieurs bonnes touches trouvées sous pression et d'un drop plein d'à-propos (24e). À son débit, deux touches de pénalité manquées, un ballon perdu au contact (53e) et une situation d'essai gâchée par une passe au pied mal calibrée (57e), la faute à une mauvaise communication avec Wayne Barnes qui avait annoncé un avantage terminé. On chipotera aussi en retenant ce petit péché de gourmandise sur une attaque en première main initiée par les Bleus juste avant la pause, où il conserva un ballon qui ne demandait qu'à être écarté...

11. Vincent Rattez : *

Le Montpelliérain a alterné le bon et le moins bon en première période, à l'image de son premier ballon où, après un débordement orné d'un joli raffut, l'ailier gauche perdit le ballon sur un offload qui ne s'imposait pas. Et si les plus pointilleux lui reprocheront d'avoir lâché le ballon un peu trop trop sur le deux contre un gagnant qu'il joua avec Vakatawa (42e), on en retiendra surtout son parfait timing de course et son franchissement décisif à l'intérieur de Fickou. Remplacé à la 70e par Arthur Vincent, qui s'est signalé par plusieurs courses saignantes.

12 .Gaël Fickou : ***

Sur la première offensive d'envergure des Bleus, c'est lui qui fut tout proche de trouver la solution, d'un astucieux coup de pied rasant malheureusement un brin trop court pour être aplati par Vakatawa (9e). Touché au genou à la 24e, le Parisien a néanmoins tenu son rôle de capitaine de défense avec brio, joignant la parole aux actes puisque c'est lui qui s'employa le plus dans ce domaine (13 plaquages). C'est également lui qui lut parfaitement la défense adverse pour effectuer le retour intérieur décisif sur Rattez à la 42e, ou qui mena à la baguette une belle offensive à la 57e. A terminé la rencontre à l'aile, concédant bien involontairement une touche à 5 mètres sans conséquences.

13. Virimi Vakatawa : ***

Identifié comme le meilleur atout offensif des Bleus, le Racingman a réussi un début de partie tonitruant, orné d'un superbe offload (3e) puis d'un franchissement, dans la continuité. Las, sil pénétra à deux reprises dans l'en-but en première période, il ne parvint jamais à aplatir, un peu trop court à la poursuite d'un coup de pied de Fickou (9e) puis empêché de se retourner par un défensur écossais juste avant la pause. Forcément une frustration... Si bien qu'on peut facilement déduire que rien, ni personne, n'aurait pu l'empêcher d'enfin inscrire son essai à la 42e, au terme d'une magnifique combinaison en première main.

14. Teddy Thomas

Face au très costaud Duhan Van der Merwe, le Racingman a d'abord connu quelques difficultés en défense face à son vis-à-vis. Sevré de ballons, il n'a ainsi touché son premier ballon d'attaque qu'à la 55e, et encore, après une passe à rebond de Thomas Ramos... Démarqué à plusieurs reprises sur son aile droite lors de situations chaudes près de la ligne écossaise, il fut soit oublié, soit mal servi, à l'image d'une diagonale mal délivrée par Jalibert (57e). 

15. Thomas Ramos : *

Le Toulousain a connu un début de match compliqué dans le jeu courant, notamment en se séparant peut-être hâtivement d'un ballon au pied (3e). Son bon rush de la 24e sur un ballon compliqué a toutefois semblé le remettre sur les bons rails, lié à sa réussite précieuse dans les tirs au but, quand bien même la difficulté de ses coups de pied demeurait toute relative. À son débit, une passe aléatoire (55e) qui pèse finalement très peu en regard d'une prestation globale des plus maîtrisées.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?