Gaëtan Germain a encore frappé

  • Gaëtant Germain a été primordial pour les siens face au RCT.
    Gaëtant Germain a été primordial pour les siens face au RCT. Pablo Ordas
Publié le

Auteur de vingt-cinq points, il a grandement contribué à la victoire des siens face à Toulon et si l’Aviron occupe aujourd’hui la huitième place du classement, l’arrière y est pour beaucoup.

 

La saison 2019-2020 s’est arrêtée sans prévenir, à cause d’un fichu virus, qui a mis le rugby français sur pause pendant plusieurs mois. Elle a permis à ses acteurs de profiter d’une coupure comme ils n’en avaient jamais eue et aux managers de préparer l’exercice suivant, pour une fois, sans être dans l’urgence.

À Bayonne, Yannick Bru n’a pas mis longtemps à pointer du doigt les secteurs qui avaient fait défaut aux siens, à commencer par le tir au but. Et le manager bleu et blanc n’a pas pris trop de risque en enrôlant, à l’intersaison, l’arrière de Grenoble Gaëtan Germain. Une sorte d’assurance tous risques. En nettement mieux. Au sortir de la victoire de l’Aviron face à Toulon, on ne peut qu’affirmer que ce choix est payant. Mais ce n’est pas une surprise.  

Déjà auteur d’un essai après une interception et un beau sprint à Paris lors de la troisième journée, le natif de Romans-sur-Isère a de nouveau fait valoir d’autres qualités que son jeu au pied, face à Toulon rappelant qu’il n’est pas un joueur dont la seule tâche est de buter. Sur le terrain, Germain rassure, c’est une certitude. Doyen de la ligne de trois-quarts, il a amené, samedi soir, de la sérénité sous les ballons aériens et de l’efficacité dans son jeu au pied d’occupation. Offensivement, le trentenaire a tenté des choses avec succès puisqu’il a créé du danger en première période, contribuant ainsi à mettre son équipe dans l’avancée. « Nous avons eu un Gaëtan des grands soirs, comme souvent, on va dire et ça nous a permis de prendre le large » saluait Peyo Muscarditz au coup de sifflet final.

 

Il n’a pas encore manqué une transformation

 

Après huit rencontres, Germain est le deuxième meilleur marqueur de points du Top 14 avec 112 unités, juste derrière Hastoy (116, qui a joué un match en plus). Aujourd’hui, l’ancien Grenoblois est le meilleur buteur de la division, en termes de points inscrits, et sa fiabilité au tir au but est impressionnante, puisqu’il affiche un taux de réussite de 88,89% (13 transformations réussies sur 13 tentées, 27/32 au niveau des pénalités).

À ce jour, Germain a marqué plus de la moitié des points de l’Aviron (112/208) et il écœure, sortie après sortie, tous ses adversaires. Samedi soir, justement, dans le silence de Jean Dauger, on entendait même un remplaçant de Toulon pester dans son en-but, après une énième pénalité réussie par l'artilleur bayonnais. Sans chercher la lumière, le joueur s’impose naturellement comme un taulier de cette équipe bayonnaise. Indéniablement, il est, au même titre que Ravouvou ou Nixon, une des bonnes pioches du mercato bayonnais.

Habitué à cette longue et rude lutte au maintien, le garçon a marqué de son empreinte, ou plutôt de sa patte droite, ce premier tiers de championnat. Alors certains diront qu’il n’est pas l’arrière le plus spectaculaire du Top 14. Peut-être, mais il n’est pas loin d’être, en revanche, le plus efficace… 

 

Pablo Ordas
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?