Michalak : « Un bel avenir s’ouvre à eux »

  • Frédéric Michalak
    Frédéric Michalak Icon Sport
Publié le , mis à jour

L’ancien ouvreur des Bleus analyse les performances des Tricolores et plus particulièrement celle de la charnière. 

Qu’avez-vous pensé de la prestation de Matthieu Jalibert à l’ouverture du XV de France ?

À l’image de ses partenaires, je l’ai trouvé sérieux et assez discipliné dans ses options de jeu. Les Français avaient semble-t-il choisi d’insister au cœur comme on dit et d’aller défier les Ecossais dans l’axe. Les consignes devaient être de peu s’exposer sur les extérieurs. C’était donc difficile pour lui de mettre en avant ses qualités offensives. Il n’a pas pu, ni cherché à se mettre en valeur mais a respecté le plan de jeu établi. Il a concrétisé un temps fort du XV de France par un drop. Au final, s’il n’a pas été flamboyant, Jalibert a été propre, notamment dans sa gestion. J’ai bien aimé aussi sa prise de décision sur sa tentative de passe au pied à Teddy Thomas. S’il a manqué la réalisation, c’était la chose à faire.

Doit-il rejouer face à l’Italie ?

Je ne suis pas sélectionneur et ce n’est pas moi qui décide. Mais voilà mon avis : d’une manière globale, on doit profiter de ces deux derniers matchs pour voir du monde. Ce n’est qu’en jouant des matchs au plus haut niveau que tu connais véritablement le potentiel des joueurs.

Alors qui au poste de demi de mêlée, vu que Dupont sera absent : Couilloud ou Serin ?

J’aurai aimé voir Baptiste Couilloud rentrer en jeu face à l’écosse, même toute en fin de match. Il nous aurait amené, me semble-t-il, un peu plus de gestion et ainsi évité que l’on se fasse peur sur le lancer en touche écossais dans les toutes dernières minutes. Après, j’attends de les voir jouer tous les deux. C’est bien de pouvoir s’entraîner durant cinq semaines, mais la vérité c’est le terrain. Coulloud et Serin doivent avoir du temps de jeu. Surtout dans un tel contexte.

C’est-à-dire ?

Le fait d’enchainer les victoires c’est super positif. Le match des Bleus ce dimanche n’est pas éblouissant sur le fond mais il faut savoir gagner ce genre de rencontre. Cela fait partie de l’apprentissage. Nous sommes désormais entrés dans une nouvelle ère et on peut déjà s’appuyer sur des certitudes, des enseignements. Les Français sont solides en défense et dans les contre-rucks. Les touches défensives sont pas mal gérées non plus.

Etes-vous surpris par cette série de victoires ? On n’y était plus vraiment habitués...

Non, je ne suis pas surpris. Sincèrement, il y a du talent à tous les postes. Le Stade toulousain a construit son succès en Top 14 lors de la saison 2018-2019 en lançant toute sa génération de jeunes joueurs, par exemple. Près de deux ans plus tard, ils se révèlent au plus haut niveau et ils ne sont pas seuls. Un bel avenir s’ouvre à eux. Cette équipe prend confiance au fil des rencontres. Pour le moment, le XV de France parvient à enchaîner. C’est bien, très bien même. L’Écosse n’est peut-être pas la meilleure équipe du monde, mais remporter un match à Murrayfield n’est jamais une chose très simple, je peux vous le dire. La France et l’Angleterre sont les deux Nations fortes en Hémisphère Nord. Nous passerons un nouveau test quand nous allons affronter l’Argentine, l’Australie ou la Nouvelle-Zélande…

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?