Décès brutal de Christophe Dominici

  • Christophe Dominici during the French Top 14 match between Stade Francais and Racing 92 at Stade Jean Bouin on April 30, 2017 in Paris, France. (Photo by Anthony Dibon/Icon Sport)
    Christophe Dominici during the French Top 14 match between Stade Francais and Racing 92 at Stade Jean Bouin on April 30, 2017 in Paris, France. (Photo by Anthony Dibon/Icon Sport) Anthony Dibon / Icon Sport - Anthony Dibon / Icon Sport
Publié le , mis à jour

A seulement 48 ans, l'ancien ailier et légende du XV de France Christophe Dominici (67 sélections) est décédé brutalement ce mardi. Un choc terrible pour l'ensemble du rugby français, et planétaire.

L'information a commencé à se faire savoir, en milieu d'après-midi. Christophe Dominici, légende du XV de France avec lequel il disputa 67 rencontres dont la mythique demi-finale de Coupe du monde en 1999 face aux All Blacks, est décédé ce mardi à seulement 48 ans. Un choc pour l'ensemble du rugby français tant « Domi », génie imprévisible de ce jeu, est entré dans l'imaginaire collectif comme l'homme qui, du haut de ses 1,72m et 82kg, était capable de contredire les logiques physiques de ce jeu et renverser des montagnes.

Ses exploits, il les accomplit sous le maillot de Toulon (1993-1997), dont il était originaire, mais surtout du Stade français (1997-2008) dont il est indissociable des années « Max Guazzini », cinq titres de champion de France à la clé.

Béziers, dernier dossier médiatique et destructeur

Garçon attachant et engagé, parfois à l'excès, il était revenu sur le devant de la scène cet été, lors de l'épisode biterrois et de la vraie-fausse reprise du légendaire club héraultais par des investisseurs Emiratis que Dominici devait représenter. Un projet dans lequel il s'était personnellement engagé, en première ligne pendant plusieurs mois avant qu'il ne soit retoqué par la DNACG (le gendarme financier de la Ligue). Dominici, qui avait mal vécu cet épisode, avait depuis pris du recul et demeurait injoignable.

Son décès est un choc terrible pour l'ensemble du rugby français et planètaire. Resteront ces images, éternelles, où il file seul à l'essai au nez et à la barbe de Néo-Zélandais médusés, en 1999.

A sa famille et à ses proches, Midi Olympique et Rugbyrama adressent leurs plus sincères condoléances et leur soutien infaillible.

Midi Olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?