En 2003, "on était armé pour gagner"

  • En 2003, "on était armé pour gagner"
    En 2003, "on était armé pour gagner" Sbi / Icon Sport - Sbi / Icon Sport
Publié le

"En 2003, le XV de France était armé pour être champion du monde et Bernard Laporte était à son apogée. Nous avions marché sur l’eau pendant les phases de poules. Jusqu’alors, tout se passait comme il faut. Les Anglais n’étaient pas bien, ils finissaient leur règne, l’entraîneur n’était plus accepté, ils étaient au bout du cycle. Et là, avant le match, il se met à pleuvoir des seaux d’eau. C’est la première fois où l’on s'est trompé tactiquement. On aurait dû changer de système mais nous n’avions pas les joueurs pour. Personnellement, il y a cette faute sur le crochet intérieur de Jason Robinson. C’est sur un ballon de récupération anglais. Sur l’action, Yannick est collé et me demande de l’attendre mais il ne vient pas. Je sais que l’autre va me faire son crochet. À ce moment-là, je pense à tous les mecs qui sont derrière la télé à mon bar, à Sollies, et je me dis que s’il passe, on m’en voudra à vie. Alors, je tends la jambe et je prends carton jaune. Je n’ai pas joué pendant trois mois après ce choc genou contre genou. On marque le seul essai du match mais ils nous dominent dans la maîtrise, la gestion. C’était une machine de guerre. Mais on aurait dû les taper."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Midi-Olympique
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?