Macalou, préposé au couloir

  • Macalou,  préposé au couloir
    Macalou, préposé au couloir Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Détonnant dans son rôle de joueur de couloir avec le stade français, il devrait logiquement retrouver le même rôle avec les tricolores.

On l’a assez détaillé ci-dessus pour ne pas le rappeler : oui, face à l’Italie, le plan de jeu du XV de France devrait bien se limiter dans un premier temps à un jeu au pied de pression visant à désorganiser l’adversaire et se nourrir de ballons de récupération. Reste qu’il faudra bien attaquer à un moment ou l’autre de la partie et, pour ce faire, présenter une animation offensive digne de ce nom. À ce sujet, pas de suspense, devant, les Bleus devraient bien conserver leurs principes d’organisation en 1-3-3-1, pratiqués par la plupart des formations du Top 14, et dans lequel les joueurs ne devraient pas être perdus.

À commencer par Sekou Macalou qui a prouvé ces derniers temps avec le Stade français (notamment lors de sa stratosphérique prestation contre La Rochelle) qu’il pouvait constituer rien moins qu’une arme atomique en tant que joueur de couloir. Quant à l’opposé, "côté source", celui-ci devrait très probablement être occupé par l’explosif Peato Mauvaka, tandis que les autres troisième ligne Anthony Jelonch et Cameron Woki joueront les rôles habituellement tenus par Grégory Alldritt et François Cros, chargés d’intervenir avec les deuxième ligne et les piliers au sein des deux blocs de trois, entre les deux couloirs des 15 mètres…

Barraque, la courroie de transmission

Tout bon pour les Bleus, alors ? Si les ballons daignent arriver jusqu’à l’aile face à l’Italie, à l’évidence, et c’est probablement là le sens de la titularisation de Jean-Pascal Barraque au centre (un autre septiste dans les sabots de Vakatawa, tout sauf un hasard…), le néo-Clermontois ayant pour lui sa faculté à faire jouer ses partenaires sur les extérieurs. Mais bon, pour Macalou lui-même ? C’est encore à prouver puisqu’en se voyant cantonner et étiqueter dans un rôle de "joueur de couloir", il verrait son avenir à long terme fatalement bouché, ce rôle étant déjà dévolu dans le XV-type de Fabien Galthié à un intouchable : le capitaine Charles Ollivon. De quoi inciter Sekou Macalou à "dézoner" un peu plus régulièrement et venir chercher un peu plus de travail dans l’entrejeu, ainsi que le réclament ses plus sévères détracteurs ? Affaire à suivre… N. Z.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Midi-Olympique
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?