Montauban attendu au tournant

  • Humiliés à Béziers, les partenaires de Dylan Sage doivent prouver que tout ceci n’était qu’un accroc sans conséquence. Photo Icon Sport
    Humiliés à Béziers, les partenaires de Dylan Sage doivent prouver que tout ceci n’était qu’un accroc sans conséquence. Photo Icon Sport
Publié le

Après une cinglante défaite à Béziers, l’USM est de retour à Sapiac face à Mont-de-Marsan, avant-dernier du championnat avec une seule victoire. Le faux pas est interdit pour les locaux.

Sapiac avait quitté ses joueurs en très grande forme avec une troisième victoire consécutive face à Provence Rugby. Sauf qu’entre-temps, les Tarn-et-Garonnais ont connu un gros trou d’air à Béziers avec une lourde défaite (36-9). De quoi doucher l’euphorie et remettre les joueurs sous pression. Mais cette prestation au stade Raoul-Barrière ne ressemble pas à l’USM. "Je pense que tous les joueurs sont conscients que nous n’avons pas montré notre vrai visage à Béziers. explique l’entraîneur de la défense, David Byrnes. On sait qu’à l’extérieur, si on n’est pas en place, c’est très dur."

Alors que le capitaine de la rencontre, Dimitri Vaotoa, avait mis l’accent sur le combat avant le déplacement à Béziers, c’est justement là-dessus qu’ont péché les Montalbanais. "Psychologiquement, nous avons tous pris une claque dans la tronche, analyse Jérémy Chaput, le demi de mêlée. Maintenant, si nous sommes des compétiteurs et que nous avons un peu d’amour-propre, nous allons relever la tête." David Brynes insiste : "Ce que l’on a fait était inacceptable et cela ne se reproduira pas." Des mots forts qui vont peut-être résonner comme un électrochoc.

Mont-de-Marsan, bête blessée

Les Vert et Noir ont une occasion en or d’effacer ce piètre visage de la semaine passée face à un Stade montois plus que jamais dans le doute. Minés par la covid-19, avec seulement sept matchs disputés et semblants encore chercher des certitudes, les Landais sont avant-derniers du championnat, avec une seule victoire acquise lors de la 1re journée contre… Béziers. Une défaite à domicile est donc interdite pour les hommes de Florian Ninard, au risque de replonger dans le doute. "Il ne faudrait pas les relancer, affirme Chaput. Toute la semaine, nous avons mis l’accent sur le combat, un secteur où on avait été absents à Béziers."

En plus du combat, il faudra aussi une grosse défense, ce qui est loin d’être évident. En effet, l’USM n’est que la quatorzième défense du Pro D2 et a déjà encaissé 228 points cette saison, seuls Carcassonne et Soyaux-Angoulême faisant pire. "Nous sommes conscients de cela. Il faut être plus agressif et notamment dans ce secteur. Si l’on n’est pas en place, ça ne sert à rien de parler d’autre chose", avoue Byrnes. Et en face, nul doute que les Montois seront remontés et auront la rage, à l’image de leur demi de mêlée Christophe Loustalot, en colère après la défaite à Aurillac.

Le coach sud-africain de Montauban, conscient de l’état d’esprit qui habitera son adversaire du soir, préfère rester focalisé sur ses hommes : "Ils sont dans le dur mais on sait que ça sera un match très difficile." Peut-être que les joueurs de l’USM ont en mémoire le dernier match à Sapiac face à Mont-de-Marsan, conclu par une défaite 25 à 20, en septembre 2018. Malgré la position des Landais, ce match a tout d’un traquenard dont Montauban devra se dépêtrer.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Kenny Ramoussin
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?