Rouen doit faire preuve de sérieux

  • Shane O’Leary et les Normands voient la zone rouge se rapprocher à grands pas. Réagir devient urgent. Photo Icon Sport
    Shane O’Leary et les Normands voient la zone rouge se rapprocher à grands pas. Réagir devient urgent. Photo Icon Sport
Publié le

Courir après le score, le rattraper et perdre : Rouen en a clairement soupé. Le match face à un Grenoble prenable n’y a pas dérogé, Le RNR perdant ses moyens et sa lucidité. l’erreur n’est plus possible.

Fatiguant, c’est le ressenti que Rouen envoie à chaque match. Fatiguant de les voir perdre alors que tout est en place pour ramener des points. Et ce qui fait le plus mal, c’est que maintenant on s’y attend. Tout est pourtant, répété et travaillé à l’entraînement toute la semaine : les gestes, les mauls, les picks and go. Les consignes sont intégrées mais dans le feu du match, il y a toujours un rouage qui se grippe, un joueur qui déconnecte et tout s’écroule.

Sur l’essai de Grenoble en fin de match le week-end dernier, certes l’ailier Timoci Nagusa a le coup d’œil. Mais même si on peut considérer que Lydon couvre le champ large, il est beaucoup trop loin de la zone de jeu : que fait l’ailier normand dans la ligne, alors qu’il y a vingt-cinq mètres de vide derrière lui ?

Mieux utiliser le banc

Ce sont ces manques cruels de lucidité qui font que Rouen se désagrège. Les analyses de fin de match, au cours desquelles même les adversaires trouvent que Rouen a vraiment une belle équipe, ne peuvent plus suffire. Une réaction est obligatoire. Richard Hill a donc dû taper du poing sur la table afin de mettre les joueurs face à leurs responsabilités. Le staff a été plus dur à l’entraînement, certains diraient même : "La bamboche, c’est terminé." Car s’il faut être positif, bien sûr, il faut aussi dire les choses sans ambiguïté pour accueillir Béziers comme il se doit et en proposant de vrais choix. Alors certes, c’est à la maison et le dernier match à Jean-Mermoz s’est bien passé. Le groupe est certain de sa qualité et peut battre n’importe qui. D’autant plus que Richard Hill estime que beaucoup de clubs (plus que l’an passé) sont en difficulté et concernés par le maintien. Mais tout ceci ne suffira sans doute pas. Enfin, Rouen doit aussi savoir gérer son banc de touche, peu utilisé. Quatre joueurs ne sont pas entrés face à Grenoble alors que Rouen semblait baisser de pied ! Cela afin d’éviter des remous en interne.

Le bloc du mois de décembre sera primordial. Rouen a joué déjà six matchs à l’extérieur, chez tous les gros du top 6. Avec Béziers puis Mont-de-Marsan en quinze jours à domicile, il faudra engranger le maximum de points pour retrouver une place honorable.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Gaël Lecoeur
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?