Que vaut la « Covid Cup » ?

  • Les joueurs irlandais dans un Aviva Stadium vide.
    Les joueurs irlandais dans un Aviva Stadium vide. Sportsfile / Icon Sport
Publié le , mis à jour

Créée de toutes pièces pour renflouer les caisses des fédérations, la Coupe d'Automne des Nations n'a évidemment pas l'aura d'un mondial...

Ce week-end, les Tricolores -sept victoires lors de leurs huit dernières rencontres- disputeront la finale de la Coupe d’Automne des Nations face au XV de la Rose, à Twickenham. En conférence de presse, le sélectionneur Fabien Galthié expliquait à ce sujet : « Nous affronterons ce week-end la meilleure nation du monde, puisque l’Afrique du Sud n’a plus joué depuis le Mondial au Japon. » Certes, ce Crunch est aguichant. Mais il faut, aussi, remettre cette finale dans son contexte et définir à présent les contours précis de la « Covid Cup », créée de toutes pièces par World Rugby pour renflouer les caisses de fédérations au plus mal, après des mois de crise sanitaire. Si la bande à Galthié parvient à prendre Twickenham dimanche après-midi, elle signera un exploit monumental et décrochera le premier titre de sa jeune histoire. Toutefois, si sacre il y avait ce week-end à Londres, celui-ci n’aurait pas vraiment l’allure d’une Coupe du monde. On s’explique : les Fidji écartés des trois premiers rounds de la compétition en raison d’une épidémie de Covid-19 dans leurs rangs, les Tricolores ont vu leur adversaire le plus coriace dans cette poule B mourir sans se battre ; les Gallois de Wayne Pivac, le successeur de Warren Gatland, n’ont pas été aussi en difficultés depuis une bonne dizaine d’années ; l’Italie, de son côté, a disputé la compétition avec sa meilleure équipe, laquelle évolue désormais à un niveau de jeu inquiétant ; quant à l’Ecosse, elle était privée de ses deux meilleurs ouvreurs (Finn Russell et Adam Hastings) au moment où elle accueillit le XV de France à Murrayfield, il y a huit jours. En conclusion, si en termes de niveau de jeu la « Covid Cup » n’a rien du « Mondial bis » que décrivaient récemment certains managers du Top 14, un succès d’un XV de France remanié face aux vice-champions du monde aurait néanmoins de la gueule…

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?