L'Argentine veut sortir la tête haute

  • 9th October 2019, Kumagaya, Japan;  Argentina players stand for the national anthem before the Pool C Argentina versus USA game at Kumagaya Rugby Stadium during the 2019 Rugby World Cup on October 9, 2019 in Kumagaya, Japan. 

Photo by Icon Sport - --- - Kumagaya Rugby Stadium - Kumagaya (Japon)
    9th October 2019, Kumagaya, Japan; Argentina players stand for the national anthem before the Pool C Argentina versus USA game at Kumagaya Rugby Stadium during the 2019 Rugby World Cup on October 9, 2019 in Kumagaya, Japan. Photo by Icon Sport - --- - Kumagaya Rugby Stadium - Kumagaya (Japon) Actionplus / Icon Sport - Actionplus / Icon Sport
Publié le

Evidemment, les Pumas ont été secoués par l’affaire des tweets. Il ne leur reste qu’à sauver sportivement cette saison où ils seront passés de l’euphorie à la consternation.

Évidemment, l’affaire des tweets a noirci la semaine des Pumas (lire en page suivante). Ils se sont montrés particulièrement discrets jusqu’à leur ultime conférence de presse de jeudi. Clairement, les Argentins font le dos rond et laissent passer la tempête, limitant leur communication, jusqu’au coup de théâtre de jeudi et la réhabilitation soudaine de Matera, Petti et Socino dont on crut un moment qu’ils pourraient carrément jouer avant qu’on soit informés du contraire.

Que dire donc dans cette ambiance lourde, apparemment ponctuée d’une menace de grève ? Qu’il s’agira du quatrième match en quatre semaines pour l’Argentine, qui se doit de rebondir après la lourde défaite essuyée face aux All Blacks (0-38). Une défaite qui a fait mal après le magnifique début de Tri-Nations, la victoire contre les All Blacks et le match nul contre les Wallabies après avoir comblé un déficit de neuf points en quinze minutes dans un match fermé. La semaine dernière, on a senti une certaine fatigue mentale : Sanchez est passé totalement au travers de son match et son association avec Ezcurra n’a pas du tout fonctionné.

Une attaque en berne

Cette semaine, le but de Ledesma était de se ressourcer pour sortir par la grande porte samedi. C’était sans compter sans l’"Affaire" évidemment. Ledesma doit également prier pour que son meneur de jeu, Nicolas Sanchez, retrouve tout son enthousiasme et sa "grinta" pour mener l’attaque aux côtés de Ezcurra (Cubelli étant blessé). Cette assciation a fait naufrage contre les All Blacks samedi. Il faudra que les Argentins sachent mieux chérir les ballons cadres et ne soient pas aussi dispendieux dans leurs pertes de ballons pour pouvoir mettre sous pression la défense des Wallabies.

Reste que l’animation offensive est un chantier immense pour Ledesma : un essai en trois matchs, c’est très peu et même famélique pour une équipe qui veut prétendre jouer avec les meilleurs. Pourtant, les joueurs de classe ne font pas défaut à cette équipe et les Bofelli, Delguy, De La Fuente, ou autre Montoya ne sont pas des manchots comme ils l’ont prouvé en Super Rugby avec les Jaguares.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jacques Broquet et Jérôme Prévôt
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?