Bal à blanc à Grenoble

  • Le stade des Alpes sous la neige.
    Le stade des Alpes sous la neige. Hugo Pfeiffer / Icon Sport
Publié le

En raison d'importantes chutes de neige dans l'Isère, le match n'a pas pu se dérouler vendredi, ni même ce week-end pour des contraintes de diffusion.

Alors, ce 0-0 arrange-t-il quelqu’un ? La blague n’est peut-être pas de très bon goût mais il valait mieux essayer de rire d’une situation qui, il faut le dire, ne faisait pas sourire grand monde vendredi soir au Stade des Alpes. Car cette neige qui a provoqué le report, elle est arrivée plus tôt que prévu et a commencé à tomber alors que les deux équipes s’échauffaient. Très vite, un manteau de plusieurs centimètres a recouvert la pelouse laissant vite penser que la probabilité d’un report était grandissante, malgré l’intervention des souffleuses pour essayer de dégager les lignes.

En lien avec la Ligue, l’arbitre Jonathan Gasnier informait de l’évolution de la situation - images à l’appui - poussant à décaler le coup d’envoi à 21h, tandis que la traditionnelle bataille de boules de neige amusait quelques joueurs. Mais, voyant la neige s’intensifier, la décision a été prise à 20 h 50 de ne pas jouer avant qu’à 21 h 20, confirmation soit faite qu’il serait impossible de rejouer durant le week-end. La raison ? L’impossibilité pour le diffuseur de mettre en place des moyens de production alors que le stade était disponible et que les deux formations étaient disposées à rejouer.
 

Stéphane Glas : « Je suis en colère»


Forcément, l’incompréhension régnait dans ce Stade des Alpes tandis que les différents acteurs discutaient, après avoir pris quelques clichés en souvenir. « Quand on voit l’état du terrain, c’était injouable. C’était trop compliqué. Il n’y avait aucun appui, la neige montant jusqu’à la cheville. Il n’y avait pas un centimètre mais cinq ou six. C’était la plus sage des décisions », déclarait Stéphane Glas avant de savoir qu’il serait finalement impossible de rejouer le lendemain.

L’entraîneur grenoblois est ainsi revenu faire part de sa déception car « tout était réuni pour que l’on puisse jouer demain (samedi, N.D.L.R.) mais la Ligue en a décidé autrement. Je trouve ça frustrant car c’est juste un problème de diffusion ! Je comprends, Canal paie le championnat mais, franchement, la Ligue pousse les équipes à jouer, même avec des effectifs réduits, avec dix-neuf joueurs sur une feuille de match ou cinq joueurs de première ligne. Et le jour où l’on peut, avec deux effectifs au complet et un stade dispo, on ne peut pas. Ce n’est pas une décision que je comprends vraiment. […] Encore une fois ce sera du repos en moins donné aux joueurs donc je suis en colère. » D’autant qu’il ne sera pas possible de reprogrammer ce duel le 22 décembre car, à cette date, Grenoble rattrape déjà un match à Soyaux-Angoulême.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Midi-Olympique.fr
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?