Dominici, l’adieu varois aux larmes

  • Dix jours après le décès de Christophe Dominici, l’émotion était toujours palpable chez ses proches et le monde du rugby, lors de ses funérailles qui ont eu lieu ce vendredi à Hyères. Photos PIR
    Dix jours après le décès de Christophe Dominici, l’émotion était toujours palpable chez ses proches et le monde du rugby, lors de ses funérailles qui ont eu lieu ce vendredi à Hyères. Photos PIR
  • Dix jours après le décès de Christophe Dominici, l’émotion était toujours palpable chez ses proches et le monde du rugby, lors de ses funérailles qui ont eu lieu ce vendredi à Hyères. Photos PIR
    Dix jours après le décès de Christophe Dominici, l’émotion était toujours palpable chez ses proches et le monde du rugby, lors de ses funérailles qui ont eu lieu ce vendredi à Hyères. Photos PIR
Publié le

Près de 400 personnes, amis, proches ou même admirateurs, se sont rassemblées à l’église Saint-Louis de Hyères (Var), pour rendre un dernier hommage à Christophe Dominici, avant que son cercueil ne soit emmené au cimetière de la Ritorte, dans un cercle bien plus intime.

C’est à Hyères, ce vendredi en début d’après-midi qu’a eu lieu l’ultime cérémonie religieuse précédant l’enterrement de Christophe Dominici. Dix jours après l’annonce du décès de l’ancien ailier du XV de France, plusieurs centaines de proches, amis, personnages du rugby mais également supporters du Stade français ou du RC Toulon s’étaient rassemblés sur le parvis de l’église Saint-Louis pour rendre un dernier hommage à leur Christophe, leur "Domi", leur ami.

Parmi eux, ses amis de toujours, à commencer par Franck Comba, maillot du RCT et du Stade français dédicacé dans les mains, Max Guazzini, Bernard Laporte, Hubert Falco (maire de Toulon), Thierry Louvet, Mathieu Blin, Patrice Tesseire, Pierre Rabadan, Philippe Guillard, Sergio Parisse mais surtout Loretta, son épouse, ses parents, ainsi que ses deux filles, Chiara et Mya. Après de longues minutes de recueillement durant lesquelles personne ne pouvait véritablement cacher la grande tristesse qui frappait chacun de ses proches, et alors que la pluie commençait à s’abattre sur la cité varoise, comme si le ciel pleurait "Domi" à sa façon, tout le monde prenait place dans la paroisse au sein de laquelle Christophe Dominici avait été baptisé 48 ans plus tôt. Se sont alors succédés plusieurs témoignages de ses proches : Bernard Laporte, Yann Delaigue, Sergio Parisse mais également sa fille, Chiara.

"Tu es le souffle du vent, qui balaye les obstacles, mais pas notre amitié"

Le président de la FFR a d’abord rendu un poignant hommage, trémolos dans la voix : "Domi. Tu deviens le James Dean du rugby, ce géant, cette légende a la fureur de vivre, qui va nous poursuivre et nous rappeler chaque jour qu’il ne faut jamais lâcher quand on estime être dans le vrai. Et dans la générosité." Avant de reprendre son souffle et de continuer : "Tu es le souffle du vent, qui balaye les obstacles, mais pas notre amitié. Encore moins notre fraternité. Christophe, le monde du rugby s’associe à ma peine, à notre peine, et te remercie pour tout ce que tu as fait pour ce sport. Christophe, je n’oublierai jamais ton regard malicieux, vif, et ta rage de vaincre si communicative. Tu resteras à jamais mon ami, notre ami, mon frère, notre frère. Salut l’artiste, à bientôt." À Yann Delaigue de poursuivre : "Domi, avec toi on avait toujours l’impression d’être sur scène, devant les projecteurs. Avec toi, le spectacle continuait en coulisse, toujours. Comme si tu avais peur que les lumières s’éteignent. Avec toi, tout était exagéré. On n’était pas bon, on était les meilleurs. On ne rigolait pas, on pleurait de rire. On n’aimait pas, on était passionné. Avec toi, les histoires ordinaires devenaient extraordinaires. Tu avais cet enthousiasme communicatif, qui magnifiait chaque rencontre. Aujourd’hui tu vas nous manquer, mais ta lumière brille à jamais. Salut Domi." Avant que Sergio Parisse ne dise à son tour quelques mots, et n’apporte son soutien - en italien dans le texte - à Loretta.

Au terme de la cérémonie religieuse, le cercueil de Christophe Dominici retrouvait finalement le parvis, porté par huit amis, parmi lesquels Léon Loppy, Thierry Louvet, Patrice Teisseire, Richard Dourthe ou encore Olivier Magne. Une fois dehors, I Will Survive offrait un ultime moment de recueillement, sous les applaudissements et les larmes du reste de la foule, avant que son cercueil ne soit emmené au cimetière de la Ritorte et déposé dans le caveau familial, dans un cercle bien plus intime. Le ciel se couchait sur Hyères, au moment même où le cercueil de "Domi" s’envolait pour l’éternité.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pierrick Ilic-Ruffinatti
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?