Sans vestiaires, une reprise compliquée pour les amateurs...

  • Si l’école de rugby du Chartreuse Rugby Club a pu reprendre tant bien que mal, ce n’est pas tout à fait le cas des seniors qui rencontrent  d’autres problématiques, entre l’obligation de respecter le couvre-feu, la météo hivernale et l’interdiction d’utiliser les vestiaires.... Photo DR
    Si l’école de rugby du Chartreuse Rugby Club a pu reprendre tant bien que mal, ce n’est pas tout à fait le cas des seniors qui rencontrent d’autres problématiques, entre l’obligation de respecter le couvre-feu, la météo hivernale et l’interdiction d’utiliser les vestiaires.... Photo DR
Publié le

Si les joueurs adultes ont officiellement le droit de reprendre la pratique du rugby depuis cette semaine, celle-ci n’a pas été facilitée dans les faits, la faute notamment à l’interdiction d’accéder à leurs vestiaires pour l’immense majorité des clubs.

Des rires, enfin. Des ballons qui volent, quelques blagues qui fusent, et les cris des éducateurs pour recadrer tout ce petit monde, aussi… À l’école de rugby du Chartreuse Rugby Club (Promotion Honneur), le jeu a enfin repris ses droits comme un peu partout en France, évidemment dans les conditions sanitaires que l’on sait… Sans que cela ne douche toutefois l’enthousiasme des gamins, toujours aussi surprenants lorsqu’il s’agit de pratiquer leur passion. "On était un peu dans l’inconnu avec cette reprise, explique le responsable de l’école de rugby Laurent Dodos, également entraîneur des seniors. Parce qu’on ne savait pas trop si les gamins allaient être enclins à revenir pour pratiquer sans contact, en petits groupes, sans vestiaires, alors que les vacances de Noël approchent à grands pas et qu’il commence à faire très froid par chez nous. On avait bien essayé de garder le lien pendant le confinement, par le biais de petits défis sur les réseaux sociaux, mais on n’était sûr de rien… Et pourtant, même si nous n’étions évidemment pas à 100 %, nous avons eu tout même un bon taux de présence aux entraînements."

Un constat qui s’est avéré peu ou prou le même dans tous les coins de l’Hexagone, confirmant les bons chiffres enregistrés par la FFR au niveau des écoles de rugby… Mais au sujet des seniors ? La situation semble malheureusement beaucoup moins claire. D’abord parce que la communication n’a pas vraiment été nette, entre les annonces contradictoires de la FFR le lundi et celles du Premier Ministre le mardi, finalement clarifiées quelques jours plus tard… "Au sujet des seniors, c’est plus compliqué que pour les petits, confirme Dodos. Entre les contraintes liées au couvre-feu et le retour au stade 3, la question se posait déjà un peu de les faire reprendre. Aux mois de juillet-août, on pouvait encore se changer dehors et se laver dans la rivière, mais là… Entre les premières neiges qui sont tombées et l’interdiction d’utiliser nos vestiaires, on a décidé de reporter la reprise après le 15 décembre, en espérant que la météo sera un peu plus sèche, et que les protocoles sanitaires auront un peu évolué."

Beaucoup de reprises reportées au 15 décembre

Un son de cloche que l’on retrouve une cinquantaine de kilomètres plus au Sud et trois échelons plus haut, du côté du Saint-Marcellin Sports en Fédérale 2, où l’entraîneur Fred Giovale a également décidé de remiser à dans deux semaines la reprise des hostilités. "Avant le confinement, on avait essayé une fois d’avancer l’entraînement pour respecter le couvre-feu, et ça s’était plutôt bien passé. Mais c’était pour un gros entraînement, avec beaucoup de contact. Ça paraît plus compliqué de demander aux gars de faire l’effort de venir, parfois de loin, pour s’entraîner les mecs en respectant les distanciations sociales… Alors, on leur fait confiance pour se tenir en forme, en espérant pouvoir vraiment reprendre à la mi-décembre."

Une petite prise de risque, sachant que les joueurs n’auront en procédant ainsi qu’un petit mois de préparation avant la reprise des compétitions le 20 janvier, qui plus est entrecoupé des fêtes de fin d’année ? "Vous savez, même en Fédérale 2, il y a des joueurs qui ne reviennent de vacances que le 30 août pour reprendre le 15 septembre, sourit Giovale. Et pourtant, s’ils sont bons, ils jouent… La question de la préparation et de la sécurité des joueurs que brandissent beaucoup de clubs, je n’en suis pas sûr que ce soit le vrai problème." En réalité ? La majorité des clubs de Fédérale 2 et 3 (lesquels offrent, qu’ils l’admettent ou non, à leurs joueurs de quoi boucler leurs fins de mois) commencent à craindre de gros problèmes financiers, après un début de saison effectué sans les ressources des buvettes. Et ne voient pas forcément tous d’un bon œil de demander à leurs joueurs de se ré-entraîner aux mois de décembre-janvier sans la possibilité de les défrayer, faute de la ressource des matchs. Mais ceci est un autre débat…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?