Montpellier enchaîne les cadors

  • Paul Willemse a préparé ce match européen comme une finale. Il fallait bien ça pour espérer faire tomber l’ogre irlandais.
    Paul Willemse a préparé ce match européen comme une finale. Il fallait bien ça pour espérer faire tomber l’ogre irlandais. Photo M. O. - D. P. - Photo M. O. - D. P.
Publié le , mis à jour

Après deux rencontres prometteuses pour la suite de la saison, le MHR va enfin pouvoir enchaîner sur une troisième rencontre de haut niveau face à une référence européenne.

Et de trois, enfin ! Samedi soir, au GGL Stadium, Montpellier enchaînera une troisième rencontre d’affilée. C’est suffisamment rare pour être signalé puisque cela n’était arrivé qu’une fois auparavant : entre les 4e et 6e journées de Top 14. Une bonne passe pour les Montpelliérains qui, presque un mois après avoir subi un revers majuscule sur la pelouse du Racing (42-13), avaient ensuite décroché un point de bonus défensif à Toulon, avant d’enchaîner sur deux larges victoires bonifiées face à Agen (42-13) et Brive (30-6). Une dynamique qui avait le plus grand bien aux Héraultais, avant que ces derniers ne soient privés de match pendant trois semaines et un déplacement à Bayonne (défaite 29-20) où ils furent coupables d’un cruel manque d’engagement.

Une occasion de grandir

Mais les temps ont changé. Certes, la défaite concédée à domicile il y a deux semaines face à l’UBB a encore ajouté à la frustration mais les Cistes n’avaient rien à se reprocher dans l’engagement ou la pugnacité. Un bras de fer perdu dans les dernières minutes qui préfigurait l’exploit de la semaine passée, et cette victoire sur la pelouse de Clermont (15-21) dans un stade Michelin qui paraît plus que jamais être le jardin secondaire des Héraultais. En clair, les efforts des hommes du manager Xavier Garbajosa ont payé. Et après avoir croisé le fer avec deux cadors du Top 14, ces derniers vont pouvoir se jauge contre l’une des références en Europe, les Irlandais du Leinster. Mais au vu de la qualité des effectifs que les Cistes viennent d’affronter, on se dit qu’ils sont tout à fait capables de lancer leur campagne continentale contre les joueurs de Dublin.

Un premier match en forme de test, pour voir comment réagit un effectif qui n’a pas souvent eu l’occasion d’enchaîner les rencontres de haut niveau. "L’objectif sera de faire un match de très haut niveau dans l’intensité. Dans ces rencontres, chaque erreur se paie cash", posait le directeur du rugby héraultais Philippe Saint-André qui voit aussi dans ce choc une belle opportunité pour que son équipe grandisse : "Par expérience, on sait que faire un match de la grande Coupe d’Europe équivaut à six mois d’entraînement. Donc pour nous, dans notre progression et celle du club, c’est très positif." L’ancien sélectionneur du XV de France en sait quelque chose : "Quand j’entraînais à Toulon, Gloucester ou Sale, c’est vraiment cette compétition qui nous a fait grandir en tant qu’équipe." Cela tombe bien, le MHR a besoin d’arroser ses nouvelles pousses : les Guidicelli, Delhommel, Capelli, Foursans-Bourdette, et même le cocapitaine Arthur Vincent qui, rappelons-le, n’a que 21 ans…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?