Pau tout à son honneur

  • Antoine Erbani (de face), ici au plaquage devant Daniel Rasmay, a offert la victoire aux siens avec un essai sur la sirène.
    Antoine Erbani (de face), ici au plaquage devant Daniel Rasmay, a offert la victoire aux siens avec un essai sur la sirène. - Quentin Top
Publié le

Après une semaine particulière, la section paloise est la seule équipe française à s’être imposée lors de cette première journée de Challenge Cup. 

Le rugby français a frôlé la correctionnelle lors de cette 1rejournée de Challenge Cup. Il a fallu une énième charge rageuse du troisième ligne Antoine Erbani pour donner la victoire à Pau face à Worcester dans la dernière minute de la rencontre. Un succès qui permet donc au Top 14 de sauver l’honneur mais qui est surtout une bouffée d’oxygène pour la Section paloise. La formation béarnaise a mis fin à une série de six défaites et retrouvé un peu le sourire après une semaine agitée, avec la mise en retrait du duo de managers Nicolas Godignon et Frédéric Manca le mercredi.

Ce début de campagne européenne était donc forcément spécial pour les Béarnais avec, à leur tête, un trio d’entraîneurs (Thomas Domingo, Geoffrey Lanne-Petit et Paul Tito) inédit, tout autant que l’équipe alignée, avec de nombreux joueurs qui n’avaient pas encore enfilé le maillot de match cette saison et d’autres qui avaient vu leur temps de jeu fondre comme neige au soleil au fil des premiers matchs du Top 14. Le sentiment de revanche collective mais aussi individuelle était donc présent pour faire face à une équipe de Worcester qui avait aussi décidé de relancer la concurrence au sein de son effectif.

Erbani comme un symbole

Alors que les habituels titulaires avaient pris place en tribune pour soutenir leurs coéquipiers, les « revanchards » ont eu assez de rage et de cœur pour arracher un précieux succès en toute fin de rencontre, grâce à un essai d’Antoine Erbani, logiquement élu homme du match après une prestation déjà aboutie avant même cette dernière charge synonyme de victoire. Un essai ô combien symbolique puisque l’ancien Agenais n’avait jamais encore été titulaire depuis la reprise et n’avait été aperçu que quatre fois sur la feuille de match, jouant, qui plus est, le pompier de service en deuxième ligne.

Il n’était pas le seul à se montrer à son avantage, même si tout n’a pas été parfait comme l’a reconnu après match, Paul Tito, entraîneur des avants en charge notamment de la touche : « L’équipe a montré un beau caractère. On veut continuer en avançant dans cette voie, même si notre performance n’est pas parfaite. Nous avons rendu beaucoup de ballons et avons laissé trop d’opportunités à l’adversaire. On sait sur quoi travailler. » 
En tout cas, ce premier match européen a permis aux nouveaux coachs d’effectuer une large revue d’effectif pour offrir une nouvelle émulation au sein d’un groupe avant de retrouver le Top 14 le 27 décembre face au Stade français.
 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?