Béziers veut réagir

  • Vainqueur à Perpignan, les Biterrois veulent désormais battre Carcassonne pour assurer leur suprématie régionale. Photo Michel Clementz
    Vainqueur à Perpignan, les Biterrois veulent désormais battre Carcassonne pour assurer leur suprématie régionale. Photo Michel Clementz
Publié le

Absents sur la pelouse d’Aix-en-Provence la semaine dernière, les Biterrois ont l’occasion de boucler l’année 2020 sur une bonne note.

"C’est un petit coup d’arrêt", concède d’emblée David Aucagne. Alors que l’ASBH montait en puissance ces dernières semaines, enchaînant les performances et livrant un contenu prometteur, la formation héraultaise semble être retombée dans ses travers sur la pelouse d’Aix-en-Provence. Battus 32 à 9, les Biterrois n’avaient plus enregistré une défaite aussi sévère depuis plus de trois mois et lors de leur déplacement à Mont-de-Marsan pour le compte de la première journée de Pro D2. "On restait sur plusieurs matchs à l’extérieur avec des points ramenés. Vendredi dernier, ce ne fut pas le cas. En plus de ça, on en prend trente… c’est aussi un coup d’arrêt dans notre état d’esprit. Ce n’est pas le genre de matchs que nous avons l’habitude de faire", déplore le manager des Rouge et Bleu. Et pour cause, Béziers restait sur quatre rencontres consécutives sans le moindre carton encaissé, ainsi que sur trois matchs de rang sans prendre d’essai. Sur le terrain de Maurice-David, la défense biterroise n’était pas au rendez-vous, et que dire de la discipline pour le coup absente…

Aucagne : "J'attends une remise en question"

Pénalisés à seize reprises, les coéquipiers d’Éloi Massot ont été punis par le pied de l’artilleur aixois Florent Massip, avant de craquer à deux reprises en fin de match. "On a fait beaucoup de fautes. C’est pourtant quelque chose qu’on arrivait à maîtriser ces derniers temps. Puis l’équipe a surtout été déficiente sur les attaques de lignes. Nous n’avons que très peu gagner la ligne d’avantage. Le rugby est compliqué lorsqu’on ne gagne pas les impacts. On a été pris dans l’engagement physique", regrette l’instigateur du jeu biterrois. Simple accident pour l’ASBH ? David Aucagne l’espère en tout cas. "Je ne le sentais pas venir, car le groupe travaille bien et vit bien. J’espère que ce sera un mal pour un bien, qu’on aura pris les leçons de ce match. J’attends une remise en question pour ce week-end", martèle-t-il. Avant les fêtes, Béziers a l’occasion de réagir et de boucler une année 2020 mouvementée sur une note positive. Et quoi de mieux qu’un derby pour relever la tête. Déjà victorieuse de Perpignan à Aimé-Giral cette saison, l’ASBH mettrait-elle un point d’honneur à remporter la suprématie régionale ? La réception de Carcassonne, vendredi à Raoul-Barrière, promet un nouveau match engagé. Et malgré cinq succès lors de leurs six dernières confrontations face à l’USC, Béziers reste prudent. "Carcassonne une équipe qui nous ressemble un peu aussi. Une équipe de caractère, qui met de l’engagement, de l’impact physique, et qui s’accroche. Une formation qui peut être dure à gérer de temps en temps", assure David Aucagne, avant de conclure : "On connaît leurs fondamentaux, il faut vraiment faire en sorte de remettre les choses comme il se doit et de repartir sur des bases saines. Le combat d’abord, un bon jeu au pied, une bonne défense, tout ce qui nous a permis d’être plutôt bien ce dernier mois. Ce que j’attends des joueurs, c’est qu’ils travaillent collectivement, ensemble. Qu’ils soient connectés entre eux, autant en attaque qu’en défense. Le collectif doit reprendre le dessus." Le ton est donné.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Émilien VICENS
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?