Guy Savoy (chef étoilé) : « Fabien Galthié m’a remercié d’avoir tiré la Nouvelle-Zélande »

  • Guy Savoy (chef étoilé) : « Fabien Galthié m’a remercié d’avoir tiré la Nouvelle-Zélande » Guy Savoy (chef étoilé) : « Fabien Galthié m’a remercié d’avoir tiré la Nouvelle-Zélande »
    Guy Savoy (chef étoilé) : « Fabien Galthié m’a remercié d’avoir tiré la Nouvelle-Zélande » Twitter
Publié le , mis à jour

Guy Savoy (chef étoilé) est celui qui a "offert" la Nouvelle-Zélande à la France, lors du tirage au sort des poules du mondial 2023. Il raconte et partage sa passion pour le rugby.

Comment avez-vous vécu ce tirage au sort ?

À côté de gens comme Jean Dujardin, je pensais être le seul à avoir le trac. Pourtant, nous étions tous réunis dans une salle en attendant d’avoir à effectuer le tirage au sort et je peux vous dire que nous avions tous la trouille ! À un moment, on s’est regardé et on s’est dit : "Calmons-nous, ce n’est pas si terrible !" Et puis, en descendant les premières marches de l’escalier qui menait à la scène, le trac a disparu. Je me suis senti happé par le truc, et j’ai un seul regret au final : tout est passé trop vite.

Avez-vous pu discuter avec les joueurs ?

Oui, j’ai croisé Antoine Dupont, Romain Ntamack, Charles Ollivon… Et aussi, Fabien (Galthié) qui est immédiatement venu me remercier d’avoir tiré la Nouvelle-Zélande. Il m’a lancé : "Au moins, on est sûr de ne plus les revoir avant la finale." (rires) C’est l’adversaire qui fait peur à tout le monde mais c’est certainement une bonne chose, en fait.

Qu’avez-vous ressenti sur l’instant ?

Sur scène, je n’ai pas immédiatement vu le nom inscrit sur la fameuse boule. J’étais dans le mauvais sens, je ne pouvais pas le voir. Mais j’ai compris en voyant les réactions dans la salle.

Avez-vous conscience d’avoir offert à la Coupe du monde un tirage exceptionnel ?

Je vais être vulgaire mais pour la billetterie, c’est déjà très bien ! (rires) On saura à la fin de la Coupe du monde si ce tirage était important sportivement mais pour moi, il l’est quoi qu’il arrive. Plus sérieusement, quand on m’a appelé pour me proposer de participer à ce tirage au sort, je me suis demandé si c’était une blague. "Vous êtes sûr ? Mais c’est génial !" J’étais déjà dans le film de présentation de la Coupe du monde 2023. Ensuite, je siège au Conseil d’administration du Gip… Tout ça, c’est un rêve de gosse qui se réalise. Quand le sport qui vous fait rêver vous implique directement, oui c’est un rêve.

On vous sent honoré. Presque ému…

Oui c’est touchant, c’est un grand honneur et un plaisir. Il y a quelque chose d’émouvant, c’est vrai. En fait, ce tirage au sort m’a offert l’émotion que j’avais ressentie en mettant pour la première fois les pieds à Twickenham. C’était au milieu des années 80, dans le vieux stade aux tribunes verticales. Dans de tels moments, vous accédez aux lieux de culte de ce sport que l’on aime tous. Pour ce tirage au sort, c’était un lieu de culte diffusé en mondiovision… L’émotion n’en reste pas moins forte. À titre personnel, j’ai vécu une journée qui m’a fait du bien dans cette période extrêmement dure pour tout le monde et notamment pour les restaurateurs. En ce moment, tout est noir…

Est-ce un soulagement ?

C’était une bouée de sauvetage. J’ose imaginer qu’en 2023, ce virus n’aura plus un tel impact. On pourra vivre pleinement cette compétition fabuleuse. Le rugby est le seul sport qui réunit autant de gens différents pour créer l’unité d’équipe. Les gens différents, en principe, ça fout le bordel. En rugby, ils s’unissent et font une cohérence, c’est un trésor. Je m’en sers dans mon métier, on retrouve de ça à chaque service. Les avants sont en cuisine, les trois-quarts en salle et chaque table est une action de jeu. Ce sont des tranches de vie qui se jouent. Vous pouvez prendre un énorme plaquage et marquer un essai trois minutes après. L’échec et les bons moments se côtoient dans un même match. Et chaque match est une vie.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?