Castres-Brive : La treizième place comme repoussoir

  • Pour l’entraîneur castrais, Mauricio Reggiardo, cette rencontre est "une bonne occasion de valider notre succès à Pau". Photo Icon Sport
    Pour l’entraîneur castrais, Mauricio Reggiardo, cette rencontre est "une bonne occasion de valider notre succès à Pau". Photo Icon Sport
Publié le

Castres et Brive vont se retrouver mardi pour rattraper le match du 10 octobre repoussé pour cause de Covid. Les deux équipes sont à la lutte pour éviter l’avant-dernière place.

Les multiples aléas de l’épidémie de Coronavirus ont donc abouti à un match programmé en semaine. Castres et Brive vont donc se retrouver mardi soir pour jouer une rencontre initialement programmée le 10 octobre. Ce match n’aura rien d’anodin, il sera l’opposition du douzième et du treizième avec comme enjeu lointain mais pressant le barrage de maintien, puisqu’Agen semble être promis à la lanterne rouge. Au moment où l’on écrit ces lignes, les Castrais sont les mieux classés, un point d’avance, avec en plus deux matchs de retard.

Une victoire mardi relèverait du franc soulagement pour les Tarnais qui n’ont plus gagné à domicile depuis le 31 octobre, ils ont ensuite perdu deux fois de rang face à Bordeaux-Bègles et Clermont. En tout, ça leur fait déjà trois revers à domicile. "Ce match est-il crucial ? Oui forcément. Mais tous les matchs le sont. Je le vis aussi comme une bonne occasion de valider notre succès à Pau (17-13, N.D.L.R.) lors de la dernière journée", confie Mauricio Reggiardo.

Une chose est sûre, la journée européenne aura bien peu d’incidence sur cette rencontre de Top 14. Les deux entraîneurs ont soigneusement mis leurs cadres au repos, en faisant la part belle aux espoirs et aux réservistes. La simple lecture des compositions d’équipes qui ont joué vendredi dit tout ou presque.

Entraînement le dimanche !

Les Corréziens ont quand même réintégré leurs internationaux géorgiens et fidjiens. Mais les Hirèche, Lees, Laranjeira et consorts ont été gardés au chaud. "Ils ont clairement visé le match de mardi et nous aussi, c’est pour ça que nous avons programmé un entraînement dimanche. Yann David va reprendre, Benjamin Urdapilleta et Tom Staniforth seront testés", reprend l’entraîneur du CO qui, tout compte fait ne se trouve pas si fâché d’affronter Brive fin décembre par rapport à la situation de début octobre. "Nous étions très touchés par la Covid à l’époque, avec beaucoup d’absents. Notre quart de finale européen avait été annulé, on manquait énormément de rythme." Depuis, pas mal de choses se sont passées, et les Brivistes se sont imposés à Agen (15-6) dans un match, déjà irrespirable, ce qui les a délivrés de l’angoisse de la dernière place. Ils avaient alors interrompu une série de six défaites.

Cette rencontre sera le deuxième volet d’une série proposée par le calendrier, celle des déplacements chez les concurrents directs. "Nous avons nous aussi mis quelques gars au repos aussi parce que notre politique est de donner du temps de jeu aux jeunes en Coupe d’Europe. Mais nous sommes conscients que le CO prépare ce match depuis quinze jours. Bien sûr que ce sera dur contre ces joueurs très denses physiquement. Les David, Nakosi, Cocagi, Hounkpakin… Il faudra être forts en conquête contre cette équipe", analyse Jeremy Davidson. Apparemment, le coach de Brive ne veut pas subir d’entrée la pression adverse. Assurer ses ballons, c’est d’abord en priver l’adversaire. On a aussi remarqué que les Castrais se sont d’autant plus protégés qu’après le match de Brive, ils recevront le 27 décembre Bayonne, censé être aussi en course pour éviter le barrage. Même si le classement ne le démontre pas vraiment.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jérôme PRÉVÔT
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?