À Oyonnax, le BO franchit une étape

  • Le centre néo-zélandais Saili auteur d’un essai après une interception. Photo Jean-François Basset
    Le centre néo-zélandais Saili auteur d’un essai après une interception. Photo Jean-François Basset - JF_BASSET; Basset Jean-Francois
Publié le

Déjà auteur d'une performance majuscule à Grenoble, le BO a remis ça à Oyonnax. Maintenant ces deux cols franchis avec succès, jusqu'où ira-t-il ? 

C’est avec un petit sourire que Shaun Sowerby confie au moment de faire le point sur les éventuels blessés que certains de ses joueurs allaient "avoir mal aux épaules et des courbatures. Mais après un résultat comme ça, ce sont des bobos mérités." Mérités au même titre que les chants qui ont longtemps résonné à l’intérieur du vestiaire biarrot, au rythme de quelques Pump it up ! qui ont fait trembler les murs. "On est très heureux, justifie Gilles Bosch. Après notre match nul à la maison contre Mont-de-Marsan et avant deux déplacements chez deux grosses écuries, on n’avait même pas parlé de résultats mais plutôt d’attitude, d’envie et d’agressivité. Et je pense que le groupe a répondu présent avec ces deux victoires. Celle d’aujourd’hui (mardi, N.D.L.R.) est encore plus spéciale, car Oyonnax est ce qui se fait de mieux avec Perpignan."

Et pour cela, le BO a essayé de proposer ce qu’il pouvait faire de mieux. "Par rapport à Grenoble, on a juste modifié des petits détails sur les lancements mais en termes d’état d’esprit et de structure de jeu, on a gardé le même plan. On a essayé de tenir le ballon, de jouer et de bouger un peu cette équipe qui est vraiment solide sur les bases et très organisée. On a réussi à prendre le score et on s’est appuyé sur notre défense en seconde période", ce qui a laissé muette la quatrième attaque du championnat, analyse l’ouvreur basque. La défense a en effet été une clé de voûte incarnée par ces ballons récupérés par Steffon Armitage ou l’activité des entrants comme John Dyer. "On a aussi été offensif dans notre approche et nos intentions", note Sowerby, ce qui a propulsé Francis Saili à l’essai sur interception (24’).

 

Enfin une régularité dans les performances ? 

Et l’on constate qu’après ce quatrième succès à l’extérieur (seul Vannes fait mieux avec cinq), Biarritz va avoir pour la première fois de la saison l’opportunité d’enchaîner quatre matchs sans défaite lors de la réception de Valence-Romans, le 8 janvier prochain. "On a montré de belles choses contre Perpignan lors de notre premier match, ou bien à Aurillac. Il y a eu des performances mais on n’a pas eu cette régularité. On n’a pas encore fait de séries. Ce sont des étapes à franchir et cette semaine, on en a franchi une", reconnaît Shaun Sowerby. Car l’entraîneur des avants biarrots a longtemps prôné la patience, rappelant que "le BO est un club dynamique avec un turnover de l’effectif qui a été important en début de saison. Certes, on a fait un beau recrutement pour apporter une qualité supérieure mais la construction n’est pas une chose donnée et prend du temps." Alors, cette semaine entre Grenoble et Oyonnax va désormais "fortement accélérer le process", de finalisation de construction de cet effectif qui conforte sa place dans les six et revient à deux points du podium.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Julien Plazanet
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?