La bonne série montoise a pris fin

  • Emmanuel Saubusse contre l'US Carcassonne
    Emmanuel Saubusse contre l'US Carcassonne - NATHALIE AMEN VALS
Publié le , mis à jour

Avant le déplacement à Carcassonne, les Montois restaient sur deux succès et un match nul. Face à un concurrent direct, la série s’achève malgré une prestation encore prometteuse.

Un caillou dans la botte du Père Noël. Voilà à quoi ressemble cette défaite d’un cheveu du Stade montois sur la pelouse d’un de ses concurrents directs pour le maintien, l’US Carcassonne. Car après avoir livré des prestations de haut vol lors des trois dernières semaines (victoire contre Rouen et Provence à domicile et match nul à Biarritz), le soufflé est un peu retombé dans la brume hivernale du stade Albert-Domec. Tout avait pourtant plutôt bien débuté lorsque, le vent dans le dos, le Stade montois, après avoir concédé l’ouverture du score sur une pénalité de Séguy, marquait le premier essai du match par l’intermédiaire de l’un de ses champions du monde U20, Mathieu Smaïli. Sur une chandelle tapée adroitement, le jeune ouvreur a profité de la mésentente terrible entre Damien Anon et Baptiste Mouchous pour pousser au pied tel un footballeur et aplatir un essai de filou qui venait alors récompenser vingt-cinq bonnes minutes de ses coéquipiers. Mais là où les Landais ont failli par la suite, c’est bien dans l’indiscipline. S’ils ne repartent de Carcassonne qu’avec un point, c’est sans doute car l’arbitre a sifflé pas moins de 17 pénalités contre eux. Après la rencontre, le demi de mêlée Emmanuel Saubusse philosophait à ce sujet : "Ce soir ça se joue sur une conquête un peu défaillante, sur des ballons lâchés… 17 pénalités ? C’est sûr que c’est beaucoup, reste maintenant à déterminer quelle est la cause de cette indiscipline, c’est ce qui est important."

La conquête montoise a souffert

Même si on les a sentis plutôt à l’aise dans le développement des actions de jeu, à l’image du bon match de la charnière Saubusse-Smaïli, les Montois ne se sont pas montrés assez tueurs à des moments décisifs pour tuer la partie, et c’est justement ce que regrettait le coach Julien Tastet à l’issue de la rencontre : "Ce soir, ça se joue de peu. En tentant un drop lorsqu’on est proche de la ligne en fin de match, je pense qu’on serait reparti d’ici avec quatre points. Après, notre conquête a été trop déficiente aujourd’hui pour pouvoir les mettre à mal. Même si l’on a eu que trois jours pour le préparer, c’est un match qui nous laissera beaucoup de regrets, car en première mi-temps on sent que nous avions la maîtrise. En seconde, on s’est, selon moi, mis à la faute trop bêtement." Le tournant du match est d’ailleurs intervenu sur l’une de ces phases de conquête, lorsqu’à la 57e minute, le pilier remplaçant Victor Laval est exclu dix minutes après une énième faute en mêlée. Une poignée de secondes plus tard, l’entrant Clément Doumenc était à la conclusion d’un maul qui termina dans l’en-but landais. Comble du sort, c’est un ancien Montois, Romuald Séguy, qui d’un drop à neuf minutes du terme, vint mettre fin à la bonne série de son ancien club. Mais pour Tastet, il n’y a pas péril dans la demeure : "On reste sur une dynamique assez positive que l’on a enclenchée depuis Rouen, c’est presque dommage que ça s’arrête, mais il était quand même temps. Cela nous laisse présager de bonnes choses pour 2021, sachant qu’on recevra dix fois. Certes, on est quatorzième, mais avec deux matches en retard à la maison."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Midi-Olympique
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?