Pita Ahki, l’incontournable

  • Le retour de Pita Ahki au centre du terrain toulousain est une bonne nouvelle pour Ugo Mola et son staff. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
    Le retour de Pita Ahki au centre du terrain toulousain est une bonne nouvelle pour Ugo Mola et son staff. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Arrêté durant trois semaines en raison une épaule douloureuse, le trois-quarts centre Néo-Zélandais a fait une entrée décisive lors du succès à l’Ulster. Prouvant qu’il est une pierre angulaire du système stadiste, et son véritable régulateur défensif.

Après le quart européen remporté contre l’Ulster en septembre, durant lequel il avait été colossal, Ugo Mola disait du centre Pita Ahki : «Il est notre régulateur défensif, tout en étant capable de faire jouer les autres, de se substituer au poste de 10 ou de nous remettre toujours dans l’avancée. Il amène ce lien entre les structures et les hommes. Quand Pita va bien, c’est toute la ligne de trois-quarts qui se porte plutôt pas mal.» L’inquiétude fut récemment forte à Ernest-Wallon quand le Néo-Zélandais fut arrêté à cause d’une épaule douloureuse depuis un certain temps. Un avis chirurgical était attendu pour savoir s’il devait être opéré, et connaître une longue période d’indisponibilité. Son manager a rassuré sur lui il y a deux semaines : «On n’a pas envie d’opérer pour opérer, et le perdre trop longtemps. L’intervention se fera dans tous les cas et on voit si on peut la décaler dans le temps pour disposer de Pita.» 

L’idée est de compter sur l’ancien All Black Sevens jusqu’à la fin de saison et de profiter de l’été pour qu’il se soigne définitivement. Bien que Mola reste prudent : «On a payé le prix trop fort en Coupe d’Europe en n’ayant pas la totalité de notre effectif à 100 % pour rééditer les mêmes erreurs.» Référence à la demi-finale perdue à Exeter, où Sofiane Guitoune a par exemple joué en étant diminué. Mais Ahki est presque indispensable pour l’équilibre du Stade toulousain derrière et, quand il est apte, il est un homme clé du système rouge et noir. Remplaçant pour son retour à la compétition à Belfast voilà quinze jours, il l’a prouvé durant les vingt-sept minutes passées sur le terrain. Au-delà de sa faculté à toujours jouer juste (comme sur le deuxième essai de Kolbe), il a encore marqué les esprits par ses interventions défensives. «Son gros plaquage (sur Stockdale, N.D.L.R.), juste après son entrée, sur lequel on récupère une pénalité, fut important», avouait Maxime Médard. L’intéressé aurait ainsi dû démarrer le choc de la deuxième journée de Champions Cup contre Exeter, avant qu’il ne soit finalement annulé.

Montée en puissance attendue

Il serait donc logique de voir Ahki, pleinement à disposition, débuter le duel au sommet face à l’UBB dimanche. Et le Néo-Zélandais sera d’autant plus remarqué qu’il arborait cette semaine à l’entraînement une toute nouvelle coiffure, à savoir une crinière blonde peroxydée. Comme pour le deuxième ligne Rory Arnold, aligné à Belfast même s’il était court physiquement et dont le retour fut précieux dans un secteur démuni en attendant ceux de son jumeau Richie et de Thibaud Flament, le week-end de «repos forcé» a au moins présenté la vertu de peaufiner sa montée en puissance. Voilà qui est d’ailleurs une excellente nouvelle pour des Stadistes, encore privés de Jerome Kaino et qui devraient également se passer des services de Cheslin Kolbe. En revanche, Dorian Aldgeheri et Antoine Miquel seront bien présents pour densifier le pack.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jérémy FADAT
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?