La jeunesse agenaise pour retrouver la lumière ?

  • La jeunesse incarnée par Samuel Nollet au soutien de l’expérimenté Camille Gérondeau
    La jeunesse incarnée par Samuel Nollet au soutien de l’expérimenté Camille Gérondeau Icon Sport
Publié le

Toujours sevré de victoire en championnat, le SUA mange son pain noir. Mais les jeunes comme Zarantonello ou encore Nollet, sont porteurs d’espoirs pour la suite de la saison.

Un Agen joueur, un Agen décomplexé. Les premières minutes du match face au Racing 92 ont dû faire plaisir aux supporters du SUA, peu gâtés par leur équipe qui enchaîne les défaites cette saison. Mais la rencontre à l’Arena, dimanche dernier, a eu de quoi donner quelques motifs de satisfaction. Face au Racing 92, «on avait fait de très bonnes 30 premières minutes», s’est réjoui le capitaine Romain Briatte. «On avait réussi à tenir tête à l’une des meilleures équipes d’Europe.» Les Agenais avaient envoyé beaucoup de jeu, n’hésitant pas à prendre des risques sur une pelouse synthétique qui, bien sûr, se prêtait à ce genre de mouvements d’envergure.

Un début de match qui a satisfait le manager Régis Sonnes : «On est content, on a pu retrouver des sensations. Dans le contenu, ce match-là nous sert beaucoup, on sait sur quoi s’appuyer.» Mais par la suite, et c’est bien là le problème, les Agenais avaient été ultra-dominés surtout sur des fondamentaux comme la mêlée fermée. «On avait été pris sur la vitesse, en mêlée, on a eu de la casse, analyse Romain Briatte. Sur la longueur, c’était compliqué. On ne s’était entraîné qu’une seule fois dans la semaine, avec les fêtes.»

Les jeunes pousses en évidence

Mais au-delà du score et de la défaite, ce sont certains joueurs qui ont pu se montrer et même tirer cette équipe vers le haut. Notamment des jeunes formés à l’Academia, le centre de formation du SUA qui démontre encore qu’il est un des meilleurs de France si ce n’est le meilleur, disons-le. Dimanche dernier, le talonneur Loris Zarantonello (20 ans) et le numéro 8 Samuel Nollet (19 ans) se sont mis en évidence. Christian Lacombe (21 ans) était, lui, sur le banc. Les deux derniers cités disputaient leurs premières minutes avec le groupe professionnel. «Ce sont des jeunes de qualité, qui sont passés par les sélections nationales. Là encore, c’est le projet du club de mettre l’accent sur leur développement et de leur donner des opportunités», explique Régis Sonnes.

Des jeunes qui pourraient insuffler un vent nouveau à cette équipe agenaise. Ils amènent surtout des sourires. «Ça fait plaisir de voir ces jeunes, de nouveaux joueurs nous rejoindre aux entraînements», affirme le capitaine Briatte, lui qui, à 27 ans, se qualifie comme l’un des «anciens qui est là pour accompagner et motiver» les nouveaux arrivants. «Ils amènent de l’enthousiasme, de la fraîcheur au groupe, ça redynamise les choses et c’est tout bénéfique», explique Régis Sonnes.

Face à des Rochelais leaders du championnat et très solides, en témoigne leur victoire contre le MHR, les Agenais et leurs jeunes devront «s’engager et s’envoyer à 200 %», tels sont les mots de Romain Briatte. Et quand on évoque une potentielle prise de pouvoir de ces jeunes au fur et à mesure de la saison, Régis Sonnes est clair : «Il faut qu’ils se le gagnent.»
 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Kenny Ramoussin
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?